Allemagne: première baisse du moral des investisseurs depuis novembre

AWP

1 minutes de lecture

Cet indicateur, particulièrement instable, ressort à 70,7 points, en baisse de 5,9 points sur un mois, soit quasiment dix points de moins que le consensus des analystes sondés par Factset, qui tablaient sur 80,0 points.

Le moral des investisseurs est reparti à la baisse en avril en Allemagne, après quatre mois de hausse, alors que le pays se prépare à un nouveau tour de vis face à la troisième vague de coronavirus, selon le baromètre ZEW publié mardi.

Cet indicateur, particulièrement instable, ressort à 70,7 points, en baisse de 5,9 points sur un mois, soit quasiment dix points de moins que le consensus des analystes sondés par Factset, qui tablaient sur 80,0 points.

Dans la zone euro, le moral des investisseurs chute de 7,7 points à 66,3 points.

La composante du baromètre mesurant la situation économique actuelle ressort en hausse de 12,2 points, mais reste dans le négatif, à -48,8 points.

«La crainte d’un nouveau verrouillage fait reculer les attentes», commente Achim Wambach, président de l’institut ZEW, cité dans un communiqué.

La troisième vague de coronavirus continue de frapper l’Allemagne, qui a dépassé lundi les trois millions de cas recensés.

La persistance de la crise sanitaire plombe la première économie européenne, qui a fermé ses cafés, bars, restaurants depuis novembre, et une grande partie de ses magasins depuis décembre.

L’industrie, qui compensait jusque-là la chute de l’activité dans les services et le commerce, est désormais elle aussi touchée: la production a chuté en janvier et février.

En conséquence, le pays devrait connaître une «nouvelle chute de son PIB» au premier trimestre 2021, a prévenu mardi le gouvernement dans son rapport pour le mois d’avril.

La chancelière Angela Merkel, qui a considéré lundi la séquence comme «la plus dure» depuis la début de la crise, multiplie les appels à durcir les restrictions, en attendant que la campagne de vaccination fasse son effet.

Face à l’opposition des régions, le gouvernement fédéral a donc adopté mardi un durcissement de la loi sur la protection contre les infections, qui lui conférera un pouvoir accru pour prendre de nouvelles mesures.

Berlin pourra ainsi mettre notamment en place des couvre-feux nocturnes, ou la réduction des contacts entre personnes privées, dans les zones où le taux d’incidence est trop élevé.

A lire aussi...