Allemagne: les exportations approchent lentement de leur niveau d’avant-crise

AWP

1 minutes de lecture

L’Allemagne a expédié des marchandises à l’étranger d’une valeur de 112 milliards d’euros, soit 0,8% de plus qu’en septembre.

Les exportations allemandes ont augmenté pour le sixième mois consécutif en octobre, demeurant toutefois en-deçà de leur niveau d’avant la crise liée à la pandémie de Covid-19, selon les données de l’office statistique publiées mercredi.

L’Allemagne a expédié des marchandises à l’étranger d’une valeur de 112 milliards d’euros, soit 0,8% de plus qu’en septembre, une progression moins rapide que celle du mois précédent (+2,3%), indique Destatis dans un communiqué.

Les exportations demeurent inférieures de 6,5% à leur niveau d’octobre 2019 et de 6,8% comparées à février 2020, avant que la pandémie ne frappe.

Les importations ont également légèrement augmenté, de 0,3% sur un mois à 92,7 milliards d’euros, tout en étant de 5,9% inférieures à octobre de l’an passé et de 5,2% par rapport à février.

La balance commerciale en octobre s’améliore ce faisant, ressortant à 18,2 milliards d’euros, contre 17,8 milliards en septembre, en données corrigées des variations saisonnières.

Les exportations vers la Chine ont augmenté de 0,3% sur un an tandis qu’elles ont reculé de 10% vers les Etats-Unis, où la pandémie a continué de faire des ravages.

Le commerce extérieur avec le Royaume-Uni affiche aussi un recul annuel supérieur à 10% tant côté importations qu’exportations, de mauvais augure à quelques semaines d’un Brexit dont les modalités restent incertaines.

Les nouvelles restrictions en Allemagne mises en place en novembre n’ont pas entraîné, à l’inverse du printemps, de fermetures d’usines ce qui devrait réduire une partie de leur impact économique, notamment sur les échanges internationaux.

Même si les exportations ont perdu en rythme en octobre, elles justifient «l’un des rares espoirs de l’économie allemande pour éviter une contraction significative au quatrième trimestre», a commenté Carsten Brzeski, économiste chez ING.

A lire aussi...