Allemagne : recul des prix de 0,2% confirmé en octobre

AWP

1 minutes de lecture

L’indice des prix a reculé de 0,2% sur un an en octobre, après avoir également chuté de 0,2% en septembre, et stagné en août.

Les prix à la consommation en Allemagne ont bien baissé de 0,2% en octobre, sous l’effet de la baisse de la TVA, dans le contexte de recrudescence du Covid-19 dans le pays.

L’indice des prix a reculé de 0,2% sur un an en octobre, après avoir également chuté de 0,2% en septembre, et stagné en août, selon les chiffres publiés jeudi par l’Office fédéral des statistiques Destatis, qui confirment une première estimation fin octobre.

En glissement annuel, les prix n’ont pas augmenté depuis juin dernier dans la première économie de la zone euro.

Sur un mois, l’inflation atteint 0,1% en octobre.

«La baisse de la taxe sur la valeur ajoutée à partir du 1er juillet freine l’évolution des prix», commente Destatis dans son communiqué.

Le gouvernement allemand a décidé au début de l’été de baisser fortement la TVA, afin de relancer la consommation, après la première vague épidémique du printemps.

La recrudescence du Covid-19 ces dernières semaines en Europe, qui freine la reprise économique entamée cet été, plombe également les prix.

Dans le détail, les prix de l’énergie plongent à 6,8%, particulièrement le fuel (-37,2%) et le carburant (-10,7%). Sans l’énergie, l’inflation serait positive, à 0,6%, affirme Destatis.

Les prix des denrées alimentaires sont en hausse de 1,4% sur un an. Les produits carnés y contribuent le plus (+4,1%), tandis que le prix des fruits augmente de 3,8% et les légumes de 1,5%.

L’indice des prix à la consommation harmonisé, utilisé comme référence par la BCE, affiche une baisse de 0,5% sur un an.

Ce score s’éloigne toujours plus de l’objectif de la Banque centrale européenne (BCE) d’une inflation «proche mais inférieure à 2%» dans la zone euro.

La présidente de la BCE Christine Lagarde a en conséquence répété mercredi qu’une réponse «continue, puissante et ciblée» en termes de soutien monétaire reste nécessaire «au moins jusqu’à ce que l’urgence sanitaire passe».

A lire aussi...