USA: baisse des ventes de logements anciens en septembre

AWP

1 minutes de lecture

La Fédération nationale des agents immobiliers américains estime néanmoins que «la demande demeure très forte».

Les reventes de logements anciens aux Etats-Unis ont baissé en septembre pour la première fois en cinq mois, a indiqué jeudi la Fédération nationale des agents immobiliers américains (NAR) qui estime néanmoins que «la demande demeure très forte».

La baisse s’élève à 2,2% alors que les analystes tablaient sur une hausse de 3,5%. Elle survient aussi après un pic enregistré en août.

«La demande d’achat de maisons reste extrêmement forte, même avec un léger recul en septembre», a réagi Lawrence Yun, économiste en chef de NAR.

«Nous sommes toujours susceptibles de terminer l’année avec plus de maisons vendues sur l’ensemble en 2020 qu’en 2019», a-t-il également noté.

Aux Etats-Unis, les taux hypothécaires restent particulièrement bas. «Avec un certain degré de reprise continue de l’emploi, davantage de signatures de contrats sont attendues dans un proche avenir», a également estimé l’économiste.

Il observe en outre que des propriétaires qui n’avaient pas envisagé de déménager avant la pandémie commencent à entrer sur le marché, ce qui pourrait créer un nouveau type de demande à moyen terme.

«Un certain nombre de ces propriétaires envisagent de déménager dans des maisons plus grandes dans des zones moins densément peuplées à la lumière de la nouvelle flexibilité du travail à domicile», a-t-il expliqué.

De nombreux Américains n’ont toujours pas repris le chemin du bureau, et travaillent de chez eux depuis le mois de mars.

La situation devrait encore durer plusieurs mois, et le télétravail pourrait perdurer en partie au moins, permettant de vivre plus loin des centres-villes, dans des surfaces plus grandes.

Cette nouvelle donne est de nature à alimenter les achats de nouveaux logements plus grands.

A lire aussi...