Zone euro: l’industrie freinée

Marc Brütsch, Swiss Life Asset Managers

1 minutes de lecture

Le PIB devrait subir un nouveau repli au premier trimestre 2021, avant une reprise rapide au cours du deuxième.

La campagne de vaccination s’accélère dans la zone euro, après des débuts d’une lenteur embarrassante. Mais le nombre de doses quotidiennes administrées pour 100 personnes reste toujours bien moindre qu’outre-Atlantique ou outre-Manche. Au moment de la rédaction, seulement 4% de la population avaient reçu au moins une dose. Les mesures de confinement sont restées très dures jusqu’en février, et mars ne réserve que de timides allègements. Une situation traduite par une décevante mollesse du PMI des services, stagnant sous la marque de croissance des 50 points pour le sixième mois de rang. Nous attendons donc un nouveau repli du PIB de la zone euro au premier trimestre, avant une reprise rapide au cours du deuxième. 

Le secteur manufacturier semble actuellement freiné par des contraintes d’approvisionnement et pourrait accélérer la production à leur levée. Selon l’enquête PMI, les carnets de commandes débordent, tandis que les délais de livraison s’allongent, dépassant même les niveaux d’avril 2020 en Allemagne. 

Côté politique, le moral s’est nettement amélioré avec la nomination de Mario Draghi à la tête du gouvernement italien. Fait inédit en cinq ans, les écarts entre obligations souveraines italiennes et allemandes sont passés sous les 100 pb, alimentant la spéculation voulant que Rome profite de conditions financières plus lâches pour émettre des emprunts à 50 ans, voire plus.

Le taux d’inflation annuel a connu sa plus forte évolution depuis la création de l’union monétaire, passant de -0,3% en décembre à 0,9% en janvier. Hors effets fiscaux en Allemagne et facteurs très ponctuels (météo, soldes), les nouvelles pondérations ont joué un rôle clé. En 2020, les chiffres de l’inflation considéraient un panier de consommation pré-crise. En 2021, on s’appuie sur pondérations actualisées reflétant la consommation de 2020, donnant p. ex. bien moins de poids aux voyages et à la restauration.

A lire aussi...