Un nouvel élan pour les actions chinoises

Nicolas Mougeot, Indosuez Wealth Management Suisse

2 minutes de lecture

Les perspectives pour les actions chinoises restent solides en raison de la combinaison de valorisation attractive et de réformes structurelles à venir.


© Keystone

L’incertitude sur les élections US sera bientôt complètement levée. Les perspectives pour les actions chinoises restent solides en raison de la combinaison de valorisation actuelle attractive et de réformes structurelles à venir.

Selon toute vraisemblance et malgré des contestations judiciaires en cours dans plusieurs États, Joe Biden sera le prochain président des États-Unis. Si la présidence de Trump a été marquée par des tensions commerciales accrues entre les États-Unis et la Chine, il n’est pas certain que l’administration Biden opérera un revirement complet dans ses relations avec l’Empire du Milieu. En effet, Joe Biden n'usera probablement pas d’une rhétorique aussi guerrière que son prédécesseur, mais les enjeux de sécurité liés la 5G, par exemple, pourraient demeurer préoccupants pour la nouvelle administration. On peut donc envisager la poursuite de la politique économique actuelle des États-Unis envers la Chine, mais sur un ton apaisé et avec moins de tweets agressifs.

Un partenariat économique sans les États-Unis

Alors que les États-Unis se sont retirés du Partenariat transpacifique (TPP) sous la présidence Trump, les pays asiatiques se sont employés à former le plus grand bloc commercial du monde en signant le Partenariat économique régional global (RCEP).

Né après 8 années de négociations, ce pacte commercial associe 10 pays d'Asie du Sud-Est avec l'Australie, la Chine, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud. L'objectif de ce partenariat est de réduire les droits de douane sur les importations au cours des deux prochaines décennies. Comparativement, le RCEP offre certes des réductions de droits de douane moins importantes en pourcentage que celles prévues par le TPP, mais il devrait permettre des réductions plus importantes en volume.

Le RCEP et le 14e plan quinquennal devraient aider la Chine à maintenir
une forte croissance économique au cours de la prochaine décennie.

Bien que les États-Unis aient été écartés du Partenariat économique régional global et que l'Inde se soit retirée des négociations, les membres du RCEP représentent un tiers de la population de la planète et 29% du PIB mondial.  Disposition importante introduite par le RCEP, la «rule of origin» facilitera les relations économiques entre les pays membres qui seront traités sur un pied d'égalité indépendamment de tout accord de libre-échange existant par ailleurs. De fait, ces règles inciteront fortement chaque pays membre à rechercher des fournisseurs au sein du RCEP et ainsi éviter les droits de douane.

Le Peterson Institute for International Economics estime que le Partenariat économique régional global  pourrait représenter un gain de 186 milliards de dollars par an pour les 15 pays membres au cours des dix prochaines années, la Chine, la Corée du Sud et le Japon devant en être les principaux bénéficiaires.

Une croissance de 5% par an durant les 15 prochaines années

Alors que le 14e plan quinquennal devrait être dévoilé d'ici mars 2021, Pékin a donné quelques indications lors de la clôture du 19e comité central du Parti fin octobre. Ainsi, le prochain plan devrait continuer à soutenir la modernisation de la Chine à travers l'innovation et le leadership technique. Il devrait en outre promouvoir les modes de production écologiques, car la pollution devient un problème critique dans certaines régions du pays. La Chine devrait voir son PIB doubler d'ici 2035, ce qui représente une croissance annualisée proche de 5%. Bien que la pandémie du COVID-19 ait pesé sur la Chine, son économie a bien résisté cette année et le FMI prévoit une augmentation de 1.9% du PIB réel en 2020, puis un rebond de 8.2% en 2021.

La Chine ayant plutôt bien géré la crise sanitaire par rapport aux pays occidentaux, ses indices boursiers ont enregistré des performances relativement solides cette année. Actuellement, l’indice MSCI China est en territoire positif tout en affichant des valorisations attrayantes vis-à-vis notamment des actions européennes. Si le ratio cours-bénéfice des actions chinoises s’est accru en 2020, ceci est justifié par la bonne résilience des profits.

Même si les relations sino-américaines ne se réchauffent pas rapidement sous la mandature Biden, l’économie chinoise qui s’est bien comportée jusqu’ici devrait rester solide. Le RCEP et le 14e plan quinquennal devraient aider la Chine, en particulier, à maintenir une forte croissance économique au cours de la prochaine décennie.

A lire aussi...