Les réflexions à retenir à la mi-septembre - Vues de marché de Carmignac

Didier Saint-Georges, Carmignac

1 minutes de lecture

«La visibilité à court terme est très faible, tant dans la sphère de la politique américaine que dans celle de la santé», selon Didier Saint-Georges.

Le choc économique de 2020 a été si violent qu’il est susceptible de générer des conséquences littéralement darwiniennes: certains secteurs auront de très grandes difficultés à s’ajuster au nouveau paysage macroéconomique, tandis que d’autres s’avéreront parfaitement adaptées.

L’expérience des 50 dernières années suggère que la combinaison politique monétaire/politique budgétaire mise en œuvre aux Etats-Unis est susceptible d’entrainer un affaiblissement durable du dollar.

Même si la revalorisation des valeurs de technologie a bien-sûr jouer un rôle, c’est la croissance des résultats qui a constitué la première cause de surperformance du marché américain.

Le choc de 2020 est fondamentalement déflationniste, à cause des surcapacités qu’il génère dans de nombreux secteurs. De plus, il renforce les forces déflationnistes préexistantes du surendettement et des «disrupteurs» technologiques.  

L’or devrait être un bénéficiaire naturel de l’effort des banques centrales pour faire baisser les taux réels.

La visibilité à court terme est très faible, tant dans la sphère de la politique américaine que dans celle de la santé. Cela justifie des portefeuilles bien équilibrés.

A lire aussi...