Impact de la financiarisation du minage sur les investisseurs

Communiqué, 21Shares

1 minutes de lecture

Il est essentiel que tout investisseur en Bitcoin soit attentif aux évolutions des marchés miniers, car ils agissent comme l'un des principaux moteurs de la pression de vente.

Le marché minier est devenu de plus en plus financiarisé au cours de la dernière année - avec un afflux de diverses options permettant aux investisseurs d'acheter une exposition à des équipements miniers ou de couvrir leur exposition à l'exploitation minière par le biais de contrats à terme. Cette nouvelle ère de financiarisation minière devrait permettre aux mineurs de se couvrir plus facilement contre les futures halvings et de protéger leurs résultats contre la volatilité des cours du Bitcoin. Le graphique ci-dessous montre une métrique qui est appelée le «hashprice», autrement dit le montant estimé de Bitcoin que l'on peut s'attendre à gagner pour une quantité donnée de hashrate minier. Quelques semaines avant le halving, le «hachprice» a augmenté car l'exploitation minière était devenue nettement moins compétitive, permettant aux mineurs de générer des rendements supérieurs. Une diminution de la concurrence liée à la sortie de certains mineurs de l'industrie minière en raison des anticipations sur la réduction du Bitcoin, du Bitcoin Cash et du Bitcoin SV. Il est essentiel que tout investisseur en Bitcoin soit attentif aux évolutions des marchés miniers, car ils agissent comme l'un des principaux moteurs de la pression de vente sur le marché. La combinaison de la réduction de moitié et de la financiarisation du secteur est susceptible d’être un moteur de la volatilité du hashrate à l’avenir et de ses implications plus larges pour le marché. 

Evolution du Hashprice (USD/TH/day) depuis janvier January 2020

Source : Nicehash

Le 21 mai, le célèbre et controversé Craig Wright a soumis pour la troisième fois une liste d'adresses de blocs de Bitcoin à la cour de Floride. Il prétend détenir 1,1 million de BTC qu'il a exploités au début du BTC, qui appartiendrait à Tulip Trust. Le 25 mai, un des premiers mineurs de 2009 a contesté les affirmations de Wright selon lesquelles les clés privées des adresses de la troisième liste qu’il dit avoir utilisées lui appartenaient. Le mineur a accusé Wright d'être un menteur pour ses tentatives répétées d’usurper la paternité de la création du Bitcoin et l'identité de son créateur pseudonyme, Satoshi Nakomoto. Ce cas a montré à la communauté crypto l'un des avantages les plus importants du Bitcoin en tant qu'actif numérique : on peut, dans une certaine mesure, prouver de façon anonyme la propriété de BTC en signant un crypto-message sans révéler leur véritable identité. L'ouverture de la blockchain Bitcoin permet à la communauté, et surtout aux autorités de régulation, de vérifier rapidement l'exactitude des informations. Cela fait 11 ans que les gens, qu'ils soient forces de l'ordre ou membres de la communauté Bitcoin, tentent d’identifier la véritable identité de Satoshi Nakomoto. Cette affaire prouve que l’on est toujours incertain quant à l'identité de Satoshi Nakamoto. Et que Craig Wright n'est pas le créateur de Bitcoin. CoinTelegraph

A lire aussi...