En attendant Godot

CPR AM

1 minutes de lecture

Au regard du nombre toujours élevé de contaminations, le rebond économique est freiné et la reprise attendue pas avant la fin d’année et sur 2021.

Les pouvoirs publics, le monde économique, les marchés financiers, les masqués du quotidien… bref le monde entier est suspendu aux annonces sur la finalisation des tests et la mise sur le marché d’un vaccin contre le COVID-19. Dès octobre 2020? Avant la fin de l’année? 2021?

Côté élections américaines, la date du 3 novembre est «normalement» certaine ; néanmoins les incertitudes sont fortes quant aux résultats du scrutin. Et peu importe le nombre de voix au total, la victoire dans les Etats clés est une nouvelle fois déterminante. Le durcissement de la campagne jusqu’à l’échéance laisse en outre craindre des tensions voire un blocage sur de nouvelles mesures de soutien à l’économie.

Alors certes les annonces des laboratoires s’emballent, les marchés financiers semblent avoir déjà intégré en partie la sortie d’un vaccin et poursuivent leur folle ascension, chacun essaie par petites touches de vivre normalement ou s’interrogent sur le monde de demain. L’action ne manque pas dans l’acte II de la pièce COVID-19. Néanmoins, l’attente, la distance, le non-sens voire l’absurde de la situation que nous pouvons ressentir alors que la scène se déroule au XXIe siècle nous rapproche des sentiments du lecteur ou spectateur de la célèbre pièce de Samuel Beckett.

Dans ce contexte, notre scénario central (50%) reposant sur les mesures de soutien à l’activité qui encouragent un rebond économique reste inchangé. Toutefois, au regard du nombre toujours élevé de contaminations, le rebond est freiné et la reprise attendue pas avant la fin d’année et sur 2021. Un premier scénario alternatif est centré sur les tensions autour de la campagne électorale américaine (30%), défavorable pour les actifs risqués et le deuxième scénario (20%) envisage quant à lui une commercialisation rapide d’un vaccin qui serait alors favorable aux actions avec une remontée des taux longs.

A lire aussi...