Bankia: le bénéfice net élagué de trois quarts au deuxième trimestre

AWP

1 minutes de lecture

A 48 millions d’euros, le résultat net est toutefois légèrement supérieur aux prévisions des analystes, qui atteignaient en moyenne 40 millions.

La banque espagnole Bankia a vu son bénéfice net s’effondrer de 75% au deuxième trimestre en raison d’une provision exceptionnelle de 185 millions d’euros (quasiment 200 millions de francs) destinée à faire face à l’impact de la pandémie de Covid-19.

A 48 millions d’euros, le résultat net est toutefois légèrement supérieur aux prévisions des analystes compilées par le fournisseur d’informations financières Factset, qui atteignaient en moyenne 40 millions.

La Bourse de Madrid saluait ce résultat avec un titre Bankia en hausse de 2,2% vers 08H30 GMT dans un marché en hausse de 0,8%.

Pour l’ensemble du premier semestre, le bénéfice net est en baisse de 64% à 142 millions d’euros, avec un total de 310 millions d’euros de provisions.

Au second trimestre, le produit net bancaire, équivalent du chiffre d’affaires, a reculé de 10% à 464 millions d’euros.

«La pandémie a eu un impact sur nos résultats mais nous avons été capables d’augmenter de nouveau notre solvabilité au cours de ce trimestre si complexe», affirme le président de Bankia José Ignacio Goirigolzarri dans le communiqué.

Le taux de fonds propres durs (CET1 fully loaded), qui mesure la solidité financière de la banque, atteint 13,27% fin juin contre 13% fin décembre.

Le deuxième trimestre a été marqué par une «forte expansion du crédit aux entreprises», assure Bankia, qui dit avoir accordé près de 7,5 milliards d’euros de prêts basés sur les lignes de crédits garantis par l’Etat mis en place par le gouvernement pour aider les entreprises en manque de liquidités en raison de la crise sanitaire.

En ce qui concerne les particuliers, «nous avons noté une solide récupération de l’activité au cours du trimestre», en particulier en matière de prêts immobiliers et de fonds d’investissements, note le directeur général José Sevilla.

A lire aussi...