Que change 2020?

Didier Saint-Georges, Carmignac

1 minutes de lecture

«La violence même du choc de 2020 est susceptible d’entraîner des effets décisifs à long terme», selon Didier Saint-Georges.

Il nous semble donc que le scénario macro-économique central à retenir à ce stade soit celui d’une croissance potentielle davantage affaiblie à moyen terme. Les conséquences pour les marchés actions sont assez directes: les banques centrales demeurant de toute évidence dans l’incapacité de resserrer leurs politiques monétaires, le niveau des taux d’intérêt devraient demeurer très bas, et donc continuer de constituer un facteur de soutien aux valorisations des marchés. Mais les secteurs parfaitement adaptés à cet environnement économique affaibli seront en situation de pousser davantage leur avantage compétitif, et donc leur surperformance relative.

«La violence même du choc de 2020 est susceptible d’entraîner des effets décisifs à long terme», estime Didier Saint-Georges. «La croissance potentielle est encore affaiblie et met les banques centrales dans l’incapacité de resserrer leurs politiques monétaires».

Notre vision des marchés
  • À court terme, la perspective d’éclaircissements politiques, économiques et sanitaires justifie un degré d’exposition aux marchés significatif malgré les incertitudes
  • Le scénario central doit rester celui d’une croissance économique affaiblie à moyen terme
  • La détermination de la Fed et de la BCE à maintenir les taux d’intérêt réels le plus bas possible offre des perspectives assez claires pour les marchés obligataires et l’or
Notre stratégie d’investissement
  • Investissement sur le crédit dans des entreprises sélectionnées pour leur capacité à traverser cette période troublée sans difficulté majeure
  • Maintien de nos convictions sur les valeurs de croissance de grande qualité bénéficiant d’un avantage compétitif structurel
  • Maintien d’un risque de change limité et d’une allocation significative à l’or

A lire aussi...