Lueurs d'espoir

DWS

1 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Les craintes pour la croissance économique s’intensifient. Les perspectives sont pourtant optimistes.


© Keystone

Le taux d'infection au Covid-19 est à nouveau en hausse. Pourquoi les perspectives de croissance sont-elles alors plus optimistes? Les tendances observées dans le secteur des services peuvent apporter quelques éléments d’éclairage.

Le nombre d'infections au Covid-19 est à nouveau en hausse depuis la fin de l'été. L'Europe est actuellement particulièrement touchée, et les craintes pour la croissance économique s’intensifient donc également. Ce malgré le fait qu'au cours des dernières semaines, les perspectives de croissance soient plutôt optimistes. Le Fonds monétaire international (FMI), a d’ailleurs revu ses prévisions à la hausse: pour les États-Unis, les experts à Washington n’attendent plus qu'une baisse de 4,3%, alors que dans leurs prévisions de juin 2020, ils semblaient tabler sur une contraction de l'économie de 8%. Pour l'Allemagne, le FMI a relevé les prévisions annuelles de -7,8% à -6%, et pour la France de -12,5% à -9,5%. Comme l'a dit le FMI en introduction des Perspectives économiques mondiales: «Nous vivons des temps difficiles, mais il y a des raisons d'espérer».

Lors de récessions «normales», ce sont principalement
l'industrie et le secteur manufacturier qui souffrent.

Ces lueurs d'espoir vont-elles partir en fumée face à l'augmentation du nombre d'infections? Tout dépend du secteur des services. Lors de récessions «normales», ce sont principalement l'industrie et le secteur manufacturier qui souffrent. Pourtant, en 2020, le secteur des services s'est retrouvé dans l'œil du cyclone. Pour évaluer l'évolution future, les économistes porteront une attention particulière à un indicateur: l'indice mensuel des directeurs d'achat (PMI) pour le secteur des services, qui a réussi à se redresser après l'effondrement dévastateur de mars, comme le montre notre «graphique de la semaine». Au mois d’août cependant, le secteur s'est à nouveau détérioré, surtout en Espagne, qui a été le premier grand pays européen à faire face à une deuxième vague de Covid-19.

Pour l'instant, les autorités tentent de juguler la pandémie par des mesures locales. Ce qui devrait permettre de contenir les dégâts économiques par rapport à ce que nous avons vu au printemps. Les premiers chiffres préliminaires pour le mois d'octobre semblent confirmer quelque peu cet espoir. Il est cependant beaucoup trop tôt pour en être sûr.

l'indice des directeurs d'achat (PMI) pour le secteur des services en points d'indice

A lire aussi...