Un pas de deux douteux: S&P 500 et Vix

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Les actions et la volatilité évoluent en tandem depuis des semaines. Est-ce le moment de s'inquiéter?


©Keystone

Ces dernières semaines, nous avons constaté une tendance très inhabituelle dans le S&P 500 et le Vix, qui mesure les prévisions de volatilité. Ces indices ont normalement une corrélation négative : lorsque la volatilité augmente, les actions ont tendance à baisser - et vice versa. Pourtant, ceux-ci évoluent en tandem depuis la fin août, comme le montre notre «Graphique de la semaine» ci-dessous. Pourquoi?

Tout d'abord, examinons pourquoi la corrélation est normalement négative. Habituellement, les marchés sont lents et réguliers à la hausse, tandis que les krachs sont abrupts et plus profonds. Cela signifie qu'en moyenne, la volatilité est plus faible lorsque le S&P 500 progresse que lorsqu'il chute. Cela signifie également que la demande de protection (par des options de vente) a tendance à augmenter fortement sur les marchés en baisse, poussant les primes d'option à la hausse. Ce qui se traduit à nouveau par une volatilité implicite plus élevée1.

Alors, quelle différence à la fin du mois d'août? Le S&P 500 a atteint un sommet historique et a continué à augmenter par la suite. Les mouvements quotidiens plus élevés se sont traduits presque directement par des prix d'options plus élevés (et donc un Vix2 plus élevé). La demande d'options a ensuite augmenté de deux côtés: les investisseurs craignant de manquer un rallye ont essayé de prendre le train en marche; et les investisseurs craignant que le rallye aille trop loin et trop vite ont cherché à protéger leurs gains en achetant des options de vente. Une demande d'options plus élevée signifie des primes plus élevées, ce qui signifie un Vix plus élevé. Il existe également un risque de spirale ascendante entre le marché au comptant et le marché des options. Le marché des options a certainement été un moteur important dans la récente reprise boursière américaine.

Les valorisations sont encore assez abondantes et la demande
de protection contre les risques de baisse reste élevée.

L’aspect extraordinaire de ce rallye est, selon nous, l'explosion de la demande d'options alors qu'une nouvelle vague d'investisseurs particuliers (les Millennials, dont l'intérêt pour le trading a été éveillé pendant le confinement ou les utilisateurs de nouvelles applications de trading) a découvert l'instrument et a succombé aux charmes de l'effet de levier qu'il offre3. Autre fait inhabituel cette année: le nombre d'options négociées sur des noms uniques, surtout les poids lourds de la technologie. Mais comme les volumes de négociation de certaines de ces options ont presque triplé par rapport à 2019, il est probable que les investisseurs institutionnels aient également joué un rôle dans ce domaine.

Que penser de tout cela? On peut s'attendre à ce que la demande d'options reste élevée à l'avenir. La correction a été plutôt modérée jusqu'à présent. Par conséquent, les valorisations sont encore assez abondantes et la demande de protection contre les risques de baisse reste élevée. Parmi les autres raisons possibles qui rendent les investisseurs nerveux, citons les prochaines élections américaines, l'escalade du conflit entre les États-Unis et la Chine et Brexit. Quoi qu'il en soit, les deux dernières semaines devraient nous rappeler qu'il y a une bonne raison à la prime de risque des actions par rapport aux obligations d'État. Elles sont plus volatiles, et donc plus risquées. Comme le dit Thomas Bucher, stratégiste actions chez DWS: «Le contexte de taux d'intérêt bas et l'impressionnante résistance des bénéfices des grandes entreprises technologiques tout au long de la pandémie justifient certainement des valorisations supérieures à la moyenne, en particulier pour cette partie du marché. Mais cela ne signifie pas la fin de la prime de risque sur les actions».

Bleu: S&P 500
Gris: Vix (axe de droite)
Annexe: Les performances au cours des 5 dernières années (périodes de 12 mois)

 

1 Le Vix représente l'anticipation du marché de la volatilité à 30 jours du S&P 500 telle qu'elle est exprimée dans les prix des options du S&P 500.
2 La volatilité historique (ou réalisée) sert de point d'ancrage pour les prix des options utilisés pour dériver la volatilité implicite, que le Vix représente. Avec l'augmentation des mouvements quotidiens, la volatilité historique augmente, ce qui entraîne une hausse des prix des options et un Vix plus élevé.
3 Les signes typiques de l'augmentation de la part du commerce d'options au détail sont les échéances plus courtes et les tailles plus petites, qui ont été observées cette année.

A lire aussi...