Choisir Trump ou Biden

Christopher Smart, Barings

4 minutes de lecture

Les investisseurs bénéficieront d'une politique de soutien quel que soit le résultat, mais l'impact sur des industries spécifiques est difficile à prévoir.


©Keystone

Les candidats, qui sont généralement enclins à l'exagération, vous diront que c'est l'élection la plus importante de toute la vie des citoyens américains. C'est sans aucun doute l'un des choix les plus difficiles depuis un certain temps. Et pourtant, malgré toutes les différences entre le président Donald Trump et l'ancien vice-président Joe Biden, la reprise de l'année prochaine - et des marchés - dépendra bien plus de la trajectoire de COVID-19 que de l'un ou l'autre des programmes économiques de la Maison Blanche.

Cela ne veut pas dire que le résultat n'importe pas pour les investisseurs, mais il faudra du temps pour bien comprendre les conséquences du vote de mardi prochain. Pour les politiques macroéconomiques les plus importantes destinées à soutenir la reprise, en fait, il y a moins de différences qu'il n'y en a à première vue. Pour des secteurs spécifiques, les différences sont réelles, mais beaucoup dépendra de la façon dont leurs idées seront mises en œuvre dans le cadre d'un processus législatif désordonné. En ce qui concerne l'engagement économique international, Biden promet de travailler davantage avec ses alliés que Trump, mais les relations avec la Chine deviendront de toute façon plus difficiles.

Les données récentes sur les ventes et l'emploi s'améliorent, bien qu'elles révèlent également des cicatrices persistantes de ce que nous appelons une reprise "incomplète". Les ménages les plus pauvres continuent de souffrir davantage que les plus riches. Les secteurs des voyages et du commerce de détail sont confrontés à une longue et difficile remontée. Avec un soutien monétaire continu et un plan de relance toujours probable, l'environnement devrait être accueillant pour les actions, le crédit et les marchés privés, mais les opportunités différeront selon les régions, les secteurs et même les entreprises individuelles. Les investisseurs devront faire des choix judicieux.

Alignement macroéconomique

Les effets de la pandémie risquent de persister pendant des mois, même après la découverte d'un vaccin, et les prochains trimestres s'annoncent difficiles. Le chômage aux États-Unis est en baisse, mais les demandes initiales hebdomadaires de près de 700'000 personnes semblent toujours élevées et le nombre de chômeurs de longue durée augmente. En attendant, bien que les grandes entreprises aient trouvé facile de faire appel aux marchés financiers pour obtenir des liquidités, beaucoup d'entre elles devront faire face à des questions concernant leur solvabilité à long terme si leur modèle d'entreprise ne peut pas s'adapter à la nouvelle normalité.

L'industrie des soins de santé au sens large fonctionne dans l'ombre
de l'incertitude entourant la loi sur les soins abordables.

La bonne nouvelle, c'est que Trump et Biden sont tous deux d'accord sur la nécessité de renforcer les mesures de relance. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi seraient proches d'un accord d'environ 2000 milliards de dollars, bien que l'élection et les républicains du Sénat puissent retarder l'approbation finale jusqu'à la prochaine réunion du Congrès en janvier. Trump a même déclaré qu'il voulait faire "un gros effort" pour stimuler l'économie, ce qui pourrait signifier encore plus d'argent l'année prochaine. Biden demanderait certainement plus pour soutenir ses priorités politiques expansives, même si les augmentations d'impôts créent un vent contraire temporaire.

Plus important encore, le FOMC (Federal Open Market Committee) s'est révélé extrêmement favorable à la fixation des taux, au soutien du marché et au nouveau cadre de lutte contre l'inflation. L'engagement de la Fed à l'égard de sa vaste panoplie d'outils signifie que la politique monétaire permettra de maintenir des liquidités abondantes et des dettes abordables, quel que soit le résultat du vote.

Secteur par secteur

Avec des candidats représentant des idéologies politiques différentes, il devrait être beaucoup plus facile de discerner l'impact de l'élection sur les secteurs économiques clés. Trump met l'accent sur la réduction des impôts et de la réglementation, tandis que le programme de Biden prévoit des taux plus élevés pour les entreprises et les ménages riches et une plus grande intervention de l'État dans la politique climatique, les soins de santé et l'énergie.

Interpréter ce que cela signifie, surtout une fois que ces documents politiques sont traduits en loi par deux branches législatives ayant leurs propres opinions sur ces questions, relève bien plus de l'art que de la science.

Infrastructure: Après la maternité et la tarte aux pommes, la reconstruction des infrastructures américaines est une préoccupation constante des candidats à la présidence. Les dépenses d'infrastructure en pourcentage du PIB ont diminué de moitié au cours des 35 dernières années, principalement en raison de la baisse des dépenses des États et des collectivités locales. Trump avait promis un programme d'infrastructure de 1,5 billion de dollars qui reposait largement sur l'obtention de financements privés, mais ce programme a été bloqué au Congrès. Biden a proposé jusqu'à 2000 milliards de dollars pour des projets traditionnels comme les routes, les ponts et les transports publics, mais il envisage également d'investir massivement dans l'accès au haut débit.

L'énergie: Les engagements de Trump en faveur de la production de charbon n'ont pas donné grand-chose face à un gaz naturel beaucoup moins cher. Dans le même temps, les règles fiscales et environnementales relativement favorables à l'industrie américaine du schiste se sont révélées d'une aide marginale dans un monde où l'offre est abondante et la demande post-pandémique faible. La promesse de Biden d'éliminer progressivement la fracturation sur les terres fédérales semble loin d'être tenue, car la plupart des fracturations se produisent sur des propriétés privées. Sa promesse de rejoindre l'Accord de Paris sur le climat et d'accélérer la transition vers les énergies renouvelables pourrait toutefois profiter davantage aux industries éoliennes, solaires et de stockage.

Santé: Les perspectives deviennent très compliquées, très rapidement. L'élection du candidat Trump il y a quatre ans a été accueillie avec soulagement face aux contrôles stricts des prix des médicaments proposés par Hillary Clinton, mais le président Trump a alors commencé à parler de réglementer les prix des médicaments également. L'industrie des soins de santé au sens large fonctionne dans l'ombre de l'incertitude entourant la loi sur les soins abordables, qui pourrait être annulée par la Cour suprême même si le soutien bipartite se développe pour des éléments clés comme la couverture des pathologies préexistantes. En général, un soutien accru des pouvoirs publics aux soins de santé devrait améliorer les perspectives des secteurs des hôpitaux et des soins. Une administration Biden semble susceptible de résister à toute poussée vers un système «à payeur unique», mais le secteur sera probablement confronté à une réglementation plus importante et à des marges plus faibles.

Les craintes récentes que le vote puisse être contesté semblent
s'être dissipées, mais elles n'ont pas disparu pour autant.
La Chine et le commerce

Si les conséquences sectorielles de l'élection sont sombres, les perspectives de la politique économique mondiale de l'Amérique sont plus faciles à envisager, bien que plus inquiétantes.

Le président Trump a été vivement critiqué pour son approche brutale à l'égard de la Chine, mais il a compris l'impact de la mondialisation sur l'emploi dans le secteur manufacturier et s'est montré extrêmement discipliné quant à l'importance qu'il accorde à la correction du déficit commercial bilatéral. La plupart des économistes affirment que cette statistique étroite détourne l'attention de questions structurelles plus larges qui devraient être résolues, mais l'administration a refusé de laisser des questions de politique intérieure ou de diplomatie régionale de la Chine faire obstacle à l'accord commercial de la phase 1 signé en janvier. Même après toute la rhétorique de campagne dirigée contre Pékin, en particulier autour du coronavirus, cet accord reste en place et représente probablement le point de départ d'un deuxième mandat de Trump.

Biden a promis d'engager les alliés des États-Unis dans un effort de coopération pour affronter la Chine sur les subventions d'État et la protection de la propriété intellectuelle, mais il semble peu probable qu'il dissocie les questions économiques des atteintes à la liberté d'expression, à la sécurité technologique et aux tensions régionales qui font la une des journaux. Les relations d'une administration Biden avec la Chine pourraient devenir plus méthodiques et plus prévisibles, mais elles ne seront guère plus faciles ou moins chaotiques. Biden n'a peut-être pas imposé les droits de douane de Trump, mais il ne les supprimera probablement pas sans obtenir des concessions de Pékin.

Alors que les investisseurs retiennent leur souffle en vue du décompte des voix la semaine prochaine, leur premier soupir de soulagement interviendra après n'importe quel résultat. Les craintes récentes que le vote puisse être contesté semblent s'être dissipées, mais elles n'ont pas disparu pour autant.

Ce qui apparaît évident c'est que les défis économiques du pays subsisteront, quel que soit le vainqueur. Un investisseur avisé suivra de près le déroulement du drame, avec un œil sur une reprise qui semble s'essouffler et un autre sur la façon dont une nouvelle administration et un nouveau Congrès traduisent la poésie de la campagne en prose gouvernementale.

A lire aussi...