USA: l’économie met fin à sa phase de création d’emplois

AWP

1 minutes de lecture

En décembre, 140’000 emplois ont été perdus, une première depuis avril. Et c’est bien pire que ce à quoi s’attendaient les analystes.

L’économie américaine a perdu des emplois en décembre, pour la première fois depuis le mois d’avril, touchée de plein fouet par la recrudescence des cas de COVID-19 et les mesures de restriction de l’activité, a annoncé vendredi le département du Travail.

En décembre, 140’000 emplois ont été perdus. C’est bien pire que ce à quoi s’attendaient les analystes qui tablaient sur 112’000 emplois créés. En novembre, 336’000 emplois avaient été créés, selon des chiffres révisés en hausse.

Le taux de chômage est, lui, resté stable par rapport à novembre, à 6,7% conformément aux attentes. C’est le signe que la participation au marché de l’emploi se dégrade.

Le nombre de personnes sans emploi est également inchangé, à 10,7 millions.

«En décembre, les pertes d’emplois dans le secteur des loisirs et l’hôtellerie et dans l’enseignement privé ont été partiellement compensées par des gains dans les services aux professionnels et aux entreprises, le commerce de détail et la construction», détaille le ministère dans son communiqué.

La part des personnes licenciées de façon permanente (et non temporaire) représente 38,9% des chômeurs, contre 44% en novembre, «en baisse pour la première fois en huit mois», relève Gregory Daco, d’Oxford Economics, dans une note.

Au total, elles étaient 3,4 millions en décembre, contre 3,7 millions le mois précédent.

Et le pays compte 4 millions de chômeurs de longue durée, c’est-à-dire depuis plus de 27 semaines, comme en novembre. Ils représentent désormais 37,1% des chômeurs, contre 36,8% en novembre.

Le taux de chômage avait culminé à 14,8% en avril, selon une révision en légère hausse également publiée vendredi. Depuis, il avait reculé chaque mois, mais il reste deux fois plus élevé qu’avant l’arrivée de l’épidémie aux Etats-Unis, quand, en février, il était de 3,5%, un plus bas en 50 ans.

A lire aussi...