Les métaux tiraillés entre données chinoises et tensions commerciales

AWP

1 minutes de lecture

L’aluminium repasse la barre des 2'000 dollars et le plomb redescend sous cette même barre.

Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont fini en ordre dispersé, entre l’enthousiasme né de données chinoises robustes et le durcissement des tensions commerciales.

Le cuivre a légèrement reculé tandis que l’aluminium a grimpé. Le plomb, l’étain, le nickel et le zinc ont plus nettement baissé. Sur le mois d’août, les métaux s’inscrivent en revanche en baisse.

«La guerre commerciale qui oppose la Chine et les Etats-Unis pourrait prendre une plus grande ampleur car le président américain Donald Trump envisage d’augmenter les taxes d’importation sur les produits chinois de 200 milliards de dollars», ont commenté les analystes de Saxo Bank, citant une information Bloomberg.

«Le marché s’inquiète de plus en plus de la croissance mondiale en 2019, et de l’effet qu’une baisse aurait sur la demande de matières premières», ont-ils commenté.

Les métaux de base réagissent particulièrement à ces risques sur la croissance de la Chine, premier importateur mondial.

Le PMI chinois monte

Mais dans l’immédiat, l’activité manufacturière s’est redressée en Chine en août, selon un indice officiel, en dépit de la guerre commerciale ouverte par le président américain.

L’indice des directeurs d’achat (PMI) manufacturier publié vendredi par le Bureau national des statistiques (BNS), s’est établi à 51,3, contre 51,2 en juillet.

«Cette hausse reflète la décision du gouvernement de donner la priorité à la croissance locale», a commenté Alastair Munro, courtier chez Marex Spectron.

Manque d’aluminium

Parmi les hausses les plus marquées sur la semaine, l’aluminium, qui a atteint mercredi 2’178 dollars la tonne, à son plus haut depuis près de deux mois.

«Les prix de l’aluminium ont profité d’une hausse de ceux de l’alumine», matière première du métal, «en raison d’un déficit de l’offre en dehors de la Chine, ce qui a dopé les exportations du pays», ont expliqué les analystes de UniCredit.

Ainsi, la production de Alunorte, branche brésilienne de Norsk Hydro, fabricant norvégien d’aluminium, a été divisée par deux en raison de sanctions gouvernementales après des accusations de dégâts environnementaux.

Des grèves plombent également la production australienne, tandis que l’offre venue de Russie est menacée par les sanctions américaines contre le géant Rusal.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 6’022,50 dollars vendredi à 13H55 GMT, contre 6’084 dollars le vendredi précédent à 14H20 GMT. L’aluminium valait 2’137 dollars la tonne, contre 2’099 dollars. Le plomb valait 2’083 dollars la tonne, contre 2’101 dollars. L’étain valait 18’965 dollars la tonne, contre 19’200 dollars. Le nickel valait 13’025 dollars la tonne, contre 13’365 dollars. Le zinc valait 2’503,50 dollars la tonne, contre 2’533,50 dollars.

A lire aussi...