Les métaux industriels souffrent des tensions commerciales

AWP

1 minutes de lecture

Le cuivre, l'aluminium, le plomb, le nickel et l'étain sont tous en baisse sur la semaine, alors que le zinc a progressé.

Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont presque tous reculé sur la semaine alors que les tensions commerciales se sont accrues entre les Etats-Unis et la Chine.

Le cuivre, l'aluminium, le plomb, le nickel et l'étain se sont tous inscrits en baisse sur la semaine, alors que le zinc a progressé.

«Les prix des métaux ont reculé sur l'ensemble du mois de juillet, en partie à cause d'une croissance chinoise moins resplendissante, mais également en raison de la montée du protectionnisme», ont résumé les analystes de Capital Economics.

La Chine est le premier consommateur mondial de métaux de base, et son industrie lourde absorbe la majorité de la production. Les tensions qui opposent le pays aux Etats-Unis inquiètent les investisseurs sur les perspectives de la demande.

Résultat, le marché des métaux reste pendu aux lèvres des dirigeants à Washington comme à Pékin pour savoir si les sanctions déjà appliquées seront renforcées.

La Chine s'est dite vendredi prête à imposer de nouveaux droits de douane sur des importations de biens américains représentent 60 milliards de dollars, alors que Washington accroît la pression sur Pékin au risque d'une escalade du conflit commercial entre les deux puissances.

Selon le ministère chinois du Commerce, il s'agit de représailles adoptées en réaction à la récente menace de la Maison Blanche de relever de 10% à 25% les tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine. Pékin avait déjà dénoncé un «chantage».

Menace de grève à Escondida

Pourtant, «l'offre de cuivre est susceptible d'être perturbée», a souligné Alastair Munro, analyste chez Marex Spectron.

Les mineurs chiliens d'Escondida, plus grande mine de cuivre au monde, ont voté jeudi la grève après avoir rejeté une proposition de hausse salariale, jugée insuffisante, du groupe propriétaire anglo-australien BHP, faisant craindre une hausse des cours du métal rouge.

Quelque 84% des travailleurs affiliés au «Sindicato 1» ont approuvé l'arrêt de travail, selon le communiqué. Lors de la précédente grève, de 44 jours en 2017, la production de cuivre avait chuté de 39% au premier semestre, à 327.863 tonnes.

«Le marché du cuivre pourrait facilement rebondir au deuxième semestre», ont estimé les analystes de UniCredit.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 6.147 dollars vendredi à 14H00 GMT, contre 6.291,50 dollars le vendredi précédent à 14H50 GMT.

L'aluminium valait 2.037 dollars la tonne, contre 2.068 dollars.

Le plomb valait 2.120 dollars la tonne, contre 2.139,50 dollars.

L'étain valait 19.715 dollars la tonne, contre 19.815 dollars.

Le nickel valait 13.400 dollars la tonne, contre 13.805 dollars.

Le zinc valait 2.608,50 dollars la tonne, contre 2.576 dollars.

A lire aussi...