KOF baromètre conjoncturel: apaisement en vue

Communiqué, KOF

1 minutes de lecture

L'assouplissement actuel est principalement imputable aux groupes d'indicateurs de l'industrie de transformation, des autres services et de la demande étrangère.

Le baromètre conjoncturel du KOF était en forte hausse en juillet pour le deuxième mois consécutif. C'est le plus fort mouvement mensuel à la hausse que le baromètre ait jamais connu. Cependant, la chute d’avril avait été encore plus sensible. Les perspectives économiques de l'économie suisse restent donc modérées.

Le baromètre conjoncturel du KOF a présenté une augmentation inhabituelle de 25,1 points en juillet. De 60,6 points (révisé de 59,4) en juin, le baromètre est passé à 85,7 points. Malgré cette évolution positive, la valeur reste nettement inférieure à la moyenne dans une comparaison à long terme. L'assouplissement actuel est principalement imputable aux groupes d'indicateurs de l'industrie de transformation, des autres services et de la demande étrangère.

Les indicateurs de la consommation privée, de l'activité de construction et du secteur des services financiers et assurantiels contribuent à l'amélioration dans une moindre mesure. Seul le secteur de l'hôtellerie et de la restauration n’a pas pu suivre cette évolution globalement positive.

Dans l'industrie de transformation, les perspectives s'améliorent dans tous les segments. L'amélioration est particulièrement nette dans l'industrie métallurgique, l'industrie électrique, le secteur du bois, du verre, de la pierre et des terres, la construction mécanique et les secteurs chimique, pharmaceutique et plastique. Toutefois, l'évolution de ces secteurs devrait rester inférieure à la moyenne dans une comparaison à long terme - à l'exception du secteur du bois.

Dans le secteur manufacturier (industrie de transformation et bâtiment), les indicateurs de la situation des affaires et de l'évolution future des entrées de commandes et de l'activité de production sont plus positifs qu'auparavant. Toutefois, d'autres aspects, tels que les perspectives d'emploi ou d'exportation et la position concurrentielle, ne sont plus aussi négatifs qu'au cours des derniers mois.

A lire aussi...