KOF baromètre conjoncturel: premiers signaux positifs

Communiqué, KOF

1 minutes de lecture

Avec une valeur comparable à celle d’avril, le baromètre se maintient toutefois encore nettement sous sa moyenne à long terme.

Le KOF Baromètre Conjoncturel a affiché une nette progression en juin. Après les revers notables des trois derniers mois, une hausse du baromètre a pu ainsi être de nouveau observée pour la première fois. Avec une valeur comparable à celle d’avril, le baromètre se maintient toutefois encore nettement sous sa moyenne à long terme. Les perspectives de l’économie suisse restent donc très modérées, mais s’éclaircissent néanmoins un peu par rapport aux mois précédents.

Le baromètre conjoncturel du KOF a progressé en juin de 9,8 points, passant de 49,6 (révision de 53,2 points) à 59,4 points. Les tendances négatives des groupes d’indicateurs des différents secteurs d’activité, qui avaient donné lieu à une réduction de moitié de la valeur du baromètre depuis le début de l’année, semblent désormais enrayées. Les perspectives de l’industrie de transformation demeurent à un niveau très bas, mais présentent toutefois l’éclaircissement le plus net par rapport à d’autres secteurs. Également situés à un très bas niveau, les groupes d’indicateurs des autres services et du bâtiment montrent des signaux légèrement plus positifs. En revanche, les perspectives de l’hôtellerie et de la consommation privée restent sombres.

Au sein de l’industrie de transformation, tous les sous-indicateurs sont en hausse. Les perspectives de la métallurgie, très assombries au cours des derniers mois, s’éclaircissent désormais très nettement par rapport à d’autres secteurs. De même, les indicateurs de la construction mécanique et automobile, de la filière bois, de l’industrie électrique et du secteur textile émettent un signal plus positif. En revanche, les perspectives de l’industrie chimique demeurent inchangées.

Le renversement de tendance qui se profile à partir d’un niveau historiquement bas à l’intérieur de l’industrie manufacturière (industrie de transformation et bâtiment) est avant tout imputable aux indicateurs liés à l’appréciation de la situation des carnets de commandes, à l’évolution de la production et à la situation des affaires en général. L’évaluation des achats de produits intermédiaires contribue également à l’évolution positive de l’industrie de transformation.

A lire aussi...