Forte croissance pour Geberit au premier trimestre

AWP

1 minutes de lecture

Les chiffres du groupe saint-gallois ont largement dépassé les attentes. La perspective pour l'exercice 2021 dans son ensemble reste floue.

La tendance à la rénovation dans les maisons et une base de comparaison favorable ont dopé les recettes et la rentabilité de Geberit au premier trimestre. L’équipementier saint-gallois de salles de bains a dépassé les attentes les plus optimistes mais doit composer avec la hausse des prix des matières premières.

Entre janvier et mars, le chiffre d’affaires a bondi de 14% sur un an à 910 millions de francs, indique Geberit mardi. Ajusté des effets de change, positifs à hauteur de 9 millions, la croissance a atteint 13%. Dans son communiqué, l’entreprise revendique la plus forte progression trimestrielle de ces dix dernières années.

Ajustée des effets de devises, la croissance s’est élevée à 11,8% en Europe, 43,8% dans la région Moyen-Orient et Afrique, 40,8% dans la zone Extrême-Orient et Pacifique et 6,7% pour les Etats-Unis.

Le premier trimestre 2020 avait été notamment affecté par l’éclatement de la pandémie de Covid-19, tout particulièrement en Chine.

Par division, Bathroom Systems a vu ses recettes bondir de 16,9%, une progression plus forte que celles de Installation and Flushing Systems (+13,1%) et de Piping Systems (+8,8%).

Le résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) s’est inscrit à 315 millions de francs, ce qui représente une hausse de 21,1%. La marge afférente a été améliorée de 2 points de pourcentage à 34,6%. Le bénéfice net trimestriel s’est envolé de 26,7% à 233 millions.

Tous les indicateurs dépassent les prévisions les plus optimistes des analystes interrogés par AWP.

Hausses de tarifs

La hausse des volumes s’est répercutée favorablement sur la rentabilité, tout comme les économies ainsi que des hausses de tarifs, précise le communiqué. L’augmentation des prix des matières premières n’a pas eu d’impact significatif sur les résultats, assure Geberit.

En prévision d’une hausse de 4 à 5% du prix des plastiques et des métaux au 2e trimestre, le groupe s’est résigné à augmenter exceptionnellement ses tarifs de 3,5% en seconde partie d’année pour les divisions Installation et Pumping, soit 60% des activités. Les clients risquent de faire chauffer le carnet de commandes d’ici fin juin, afin d’éviter ces relèvements. En avril, Geberit a déjà augmenté ses prix de 1,5%, a précisé le patron Christian Buhl en téléconférence.

Le flux de trésorerie libre s’est enrobé de 21,1% à 315 millions de francs.

La direction ne fournit toujours pas de perspective chiffrée pour 2021, estimant que pas grand-chose n’a changé depuis le dernier point de situation en mars. Les prix des matières premières, dont une forte hausse est attendue au deuxième semestre, devraient peser sur les marges en raison d’une base de comparaison faible.

Les matières premières constituent les seuls bémols relevés par les analystes, dans leur ensemble convaincus par la performance. La Banque cantonale de Zurich souligne d’ailleurs les multiples leviers opérationnels à disposition de Geberit pour faire baisser la pression sur les marges liées.

Les investisseurs applaudissaient la copie rendue par le groupe saint-gallois, l’action grimpant à 11h40 de 2,0% à 617,40 francs, à mille lieues d’un SMI en recul de 0,20%.

A lire aussi...