Allemagne: reprise du PIB moins forte que prévue en 2021

AWP

1 minutes de lecture

«La pandémie retarde la reprise», ont affirmé les six influentes organisations (DIW, IFO, IFW, IWH et RWI), qui tablaient lors de leurs dernières estimations en octobre sur une hausse de 4,7% du PIB.

L’économie allemande devrait connaître une hausse de 3,7% de son PIB en 2021, une reprise moins forte que prévue en raison du maintien des restrictions contre la pandémie de Covid-19 dans le pays, selon les prévisions des principaux instituts économiques publiées jeudi.

«La pandémie retarde la reprise», ont affirmé ces six influentes organisations (DIW, IFO, IFW, IWH et RWI), qui tablaient lors de leurs dernières estimations en octobre sur une hausse de 4,7% du PIB, après un plongeon historique de 4,9% en 2020.

Cette actualisation s’explique par la «poursuite du verrouillage actuel» de l’économie allemande, causé par les restrictions contre la pandémie de coronavirus, ajoutent-elles.

Les instituts montrent néanmoins davantage d’optimisme que le gouvernement allemand, qui table sur une hausse de seulement 3% du PIB en 2021.

«Dès que le risque des infections aura été écarté, l’économie connaîtra un fort regain», justifient-ils.

Les experts tablent sur un retour à un niveau d’avant crise dès «le début de l’année prochaine», suivie d’une croissance de 3,9% en 2022.

La troisième vague de coronavirus continue de frapper l’Allemagne, qui a dépassé en début de semaine les trois millions de cas recensés.

La persistance de la crise sanitaire plombe la première économie européenne, qui a fermé ses cafés, bars, restaurants depuis novembre, et une grande partie de ses magasins depuis décembre.

L’industrie, qui compensait jusque-là la chute de l’activité dans les services et le commerce, est désormais elle aussi touchée: la production a chuté en janvier et février.

En conséquence le pays devrait connaître une chute de 1,8% de son PIB au premier trimestre 2021, selon les instituts.

Angela Merkel, qui estime que cet épisode est «le plus dur» depuis le début de la crise, multiplie les appels à durcir les restrictions, en attendant que la campagne de vaccination fasse son effet.

Face à l’opposition des régions, le gouvernement fédéral a donc adopté mardi un durcissement de la loi sur la protection contre les infections, qui lui confère un pouvoir accru pour prendre de nouvelles mesures.

Berlin pourra ainsi mettre notamment en place des couvre-feux nocturnes, ou la réduction des contacts entre personnes privées, dans les zones où le taux d’incidence est trop élevé.

A lire aussi...