Tokyo boucle en baisse sa pire semaine depuis février

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a perdu 0,57% à 29.020,63 points, soit sur l’ensemble de la semaine une baisse de 2,2%. Il n’avait plus perdu autant sur une semaine depuis fin février.

La Bourse de Tokyo a terminé vendredi en repli, dans la foulée de Wall Street la veille et à quelques heures de l’annonce d’un nouvel état d’urgence dans plusieurs départements japonais pour lutter contre la pandémie.

L’indice vedette Nikkei a perdu 0,57% à 29.020,63 points, soit sur l’ensemble de la semaine une baisse de 2,2%. Il n’avait plus perdu autant sur une semaine depuis fin février.

L’indice élargi Topix a cédé vendredi 0,39% à 1.914,98 points.

L’administration Biden envisagerait de doubler la taxe américaine sur les gains issus des transactions boursières, actuellement fixée à 20%, pour les personnes ayant un revenu annuel supérieur à un million de dollars, ce qui a tiré Wall Street dans le rouge jeudi.

Les investisseurs tokyoïtes attendaient par ailleurs une intervention prévue dans la soirée du Premier ministre nippon Yoshihide Suga, qui devait annoncer un nouvel état d’urgence pour quatre départements, dont ceux de Tokyo et d’Osaka (ouest), avec des restrictions accrues pour certains commerces, risquant de peser sur la consommation et l’activité économique.

La Bourse de Tokyo avait déjà chuté mardi et mercredi face à cette perspective, avant de se reprendre un peu jeudi.

A Hong Kong, l’indice Hang Seng gagnait 0,7% peu avant la clôture. Shanghai et Shenzhen ont terminé en petite hausse.

Du côté des valeurs

PANASONIC

L’action Panasonic a chuté de 3,46% à 1.309 yens à la suite de la publication, peu avant la clôture, d’informations de l’agence Bloomberg selon lesquelles le groupe d’électronique japonais serait en passe d’aboutir à un accord pour acquérir la société américaine Blue Yonder pour 6,5 milliards de dollars.

Panasonic avait déjà acquis l’an dernier 20% des parts de Blue Yonder, un spécialiste mondial de logiciels de gestion des chaînes d’approvisionnement pour l’industrie. Des spéculations sur le rachat total de Blue Yonder avaient déjà plombé le titre Panasonic début mars.

RAKUTEN CROQUE LA POMME

A la suite d’un accord avec Apple, la filiale de téléphonie mobile de Rakuten (-0,59% à 1.331 yens) va désormais pouvoir vendre des iPhone, a annoncé jeudi le groupe japonais.

Cela devrait enlever un désavantage de taille pour Rakuten Mobile sur le marché japonais des télécoms, alors que ses grands concurrents NTT Docomo, KDDI et SoftBank Corp sont depuis longtemps déjà autorisés à vendre des smartphones de la marque américaine haut de gamme et très populaire auprès des consommateurs.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen s’appréciait face au dollar, à raison d’un dollar pour 107,90 yens vers 07h00 GMT contre 107,97 yens jeudi à 21h00 GMT.

La devise japonaise baissait en revanche par rapport à l’euro, lequel valait 129,85 yens contre 129,73 yens la veille.

Un euro s’échangeait pour 1,2035 dollar, contre 1,2015 dollar jeudi.

Les prix du pétrole montaient: vers 06h55 GMT le cours du baril américain de WTI gagnait 0,83% à 61,94 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord progressait de 0,63% à 65,81 dollars.

A lire aussi...