Bonds Europe: le marché de la dette finit la semaine en tension

AWP

1 minutes de lecture

Le taux à 10 ans de l’Allemagne a légèrement progressé à 0,250 % contre 0,228% jeudi soir.

Les taux d’emprunt de la zone euro ont progressé vendredi, les investisseurs procédant à des ajustements de portefeuille pour conclure l’année, dans un contexte marqué par de nombreuses incertitudes.

«Il y a eu une tension sur les taux européens, les investisseurs ont effectué des ajustements de portefeuille dans un marché peu liquide pour privilégier les échéances courtes», a expliqué à l’AFP Antoine Lesné, responsable stratégie et recherche de SPDR ETF (filiale de State Street Global Advisors).

«Ils se reportent vers des maturités courtes obligataires afin d’arrêter les prises de risque jusqu’à la fin de l’année», a-t-il précisé.

L’incertitude persistante encourage d’autant plus les opérateurs à se montrer prudents.

Ils s’interrogent notamment sur «les relations commerciales sino-américaines, le Brexit» et sur les perspectives de croissance, d’autant qu’ils ont pris connaissance d’une série d’indicateurs pour la France «plutôt décevants», a détaillé l’expert. 

L’actualité américaine incitait notamment à la prudence. 

Le président Donald Trump a menacé d’une longue paralysie des administrations fédérales américaines, si les démocrates du Congrès refusaient de financer un mur frontalier avec le Mexique, à quelques heures d’une échéance budgétaire.

En outre «les tensions avec la Chine n’ont pas l’air d’être réglées», a souligné M. Lesné.

Washington a notamment annoncé l’inculpation de deux Chinois accusés d’avoir mené des cyberattaques contre 12 pays, provoquant l’ire de Pékin.

Par ailleurs, le gouvernement américain a indiqué vendredi que le PIB des Etats-Unis a été un tout petit peu moins forte qu’initialement prévu au 3e trimestre en raison d’une baisse des exportations.

Côté européen, les statistiques françaises du jour n’étaient guère de nature à rassurer les investisseurs.

L’Insee a revu à la baisse la croissance au troisième trimestre à 0,3%, après avoir déjà abaissé sa prévision pour l’année à 1,5%, confirmant ainsi le ralentissement de l’économie française.

La consommation des ménages s’est repliée en novembre tandis que le climat des affaires a «nettement fléchi» en décembre, tombant à son plus bas niveau en deux ans.

À 18H00 (17H00 GMT) mardi, le taux à 10 ans de l’Allemagne a légèrement progressé à 0,250 % contre 0,228% jeudi à la clôture sur le marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise. 

Celui de la France a suivi la même tendance, terminant à 0,697% contre 0,677%.

Le mouvement a été plus marqué sur le taux à dix ans italien, considéré comme plus risqué. Il a fini à 2,831% contre 2,738%, tandis que celui de l’Espagne pour la même échéance a terminé presque inchangé, à 1,401% contre 1,374%.

En dehors de la zone euro, le taux d’emprunt britannique à dix ans est également monté, à 1,321% contre 1,266%.

Aux États-Unis, le rendement à 10 ans reculait à 2,796% contre 2,807% jeudi.

A lire aussi...