Bonds Europe: digestion calme de la réunion de la BCE

AWP

1 minutes de lecture

Le taux à 10 ans de l’Allemagne a fini quasiment inchangé à 0,285% contre 0,279% mercredi soir.

Les taux d’emprunt en zone euro ont peu bougé jeudi après un discours plus inquiet de la Banque centrale européenne (BCE), qui a assombri son évaluation des risques pesant sur l’économie.

«Ce discours reflète une petite dose d’inquiétude par rapport au scénario dessiné en septembre mais il ne fait que confirmer un sentiment de marché», a noté auprès de l’AFP Eric Bourguignon, directeur général délégué de Swiss Life Asset Management France.

C’est pourquoi, selon lui, les mouvements des rendements obligataires n’ont pas été très importants.

Les membres de la BCE «intègrent l’idée qu’il y a quand même des vents contraires: la guerre commerciale, la crise des émergents, la volatilité des marchés qui provoquent un ralentissement de la croissance», a-t-il complété.

Les risques pesant sur l’économie en zone euro «évoluent désormais à la baisse» tout en demeurant «globalement équilibrés», a déclaré M. Draghi, une formule cryptique témoignant dans le jargon de la BCE d’un pessimisme accru.

Le produit intérieur brut de la zone euro ne devrait plus croître que de 1,9% cette année et 1,7% l’an prochain, contre 2,0% et 1,8% anticipés lors des précédentes prévisions de l’institut en septembre.

Par ailleurs, la BCE a annoncé comme attendu la fin de son vaste programme de rachats de dette (baptisé «QE») à la fin du mois et un maintien de ses taux directeurs au plus bas «au moins jusqu’à l’été 2019».

Mario Draghi «a aussi dit que la réduction du bilan interviendrait bien avant la première hausse des taux, qui elle-même ne se produira pas avant l’été prochain, ce qui signifie que la BCE va rester très accommodante pendant encore longtemps», selon M. Bourguignon.

À 18H00 (17H00 GMT), le taux à 10 ans de l’Allemagne a fini quasiment inchangé à 0,285% contre 0,279% mercredi à la clôture sur le marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Celui de la France est aussi resté presque stable à 0,732% contre 0,734%, tout comme celui de l’Espagne à 1,424% contre 1,429%, tandis que celui de l’Italie s’est détendu à 2,956% contre 3%.

En dehors de la zone euro, le taux d’emprunt britannique à dix ans a peu bougé, à 1,289% contre 1,279%, après que la Première ministre Theresa May a survécu à une motion de défiance mercredi soir.

Aux États-Unis, le rendement à 10 ans était stable à 2,910%. Celui à 30 ans montait légèrement à 3,162% contre 3,150% tandis que le taux à deux ans s’établissait à 2,758% contre 2,772%.

A lire aussi...