UBS se serait séparé de certains clients vénézuéliens

AWP

1 minutes de lecture

Bloomberg indique que le groupe bancaire agit suite aux sanctions décrétées par l’administration Trump contre le Venezuela.

La grande banque UBS met un terme à des relations avec certains clients vénézuéliens qu’elle suivait depuis les Etats-Unis, a rapporté l’agence Bloomberg vendredi soir. Ces mesures sont liées aux sanctions décrétées par l’administration Trump contre le Venezuela.

La décision concerne une série de comptes en relation avec le gouvernement vénézuélien ou la société pétrolière Petroleos de Venezuela SA, a précisé Bloomberg se basant sur une personne au courant de la décision. Après examen, la banque a estimé que le maintien de certaines relations clientèle ne justifiaient pas les risques liés au respect des prescriptions.

Au moins 17 conseillers aux Etats-Unis ayant des clients vénézuéliens ont quitté UBS ces neuf derniers mois, selon Bloomberg. Ceux qui restent ont été priés de renforcer leur devoir de surveillance à l’égard des clients vénézuéliens et de leurs fonds. Contactée par l’agence, la banque aux trois clés n’a pas voulu commenter.

Toujours selon Bloomberg, UBS aurait entre deux et trois milliards de dollars de riches Vénézuéliens sous gestion aux Etats-Unis. Un petit nombre de clients sont comptabilisés en Suisse et leurs comptes n’ont pas été fermés.

UBS ne communique pas le montant de la fortune qu’elle gère pour des Sud-américains. Lors d’une présentation aux investisseurs, en 2018, ce montant avait été chiffré à 108 milliards de francs (118 milliards de dollars).

A lire aussi...