To deal or not to deal

Laurent Denize, ODDO BHF AM

1 minutes de lecture

L’escalade dans la guerre commerciale États-Unis - Chine constitue une menace sérieuse pour les marchés.


© Keystone

Depuis quelques jours, les menaces de M. Trump d’une rupture des négociations et le déploiement de la hausse des droits de douanes remettent en cause le mouvement haussier entamé en début d’année.

En dehors de ce risque significatif, le contexte macroéconomique évolue favorablement jusqu’à maintenant. Ainsi, depuis le début de l’année nous observons:

  1. Une croissance mondiale plus vigoureuse. Elle devrait se raffermir avec une stabilisation du secteur manufacturier tout en conservant des disparités géographiques.
  2. Les efforts de la Fed pour stopper le retrait de liquidités et plafonner les coûts de financement en dollars ont favorisé les stratégies de portage et les actifs risqués, comme c’est le cas généralement.
  3. Une moindre décélération des exportations mondiales cruciales pour l'économie mondiale et les profits.

Si la probabilité d’un accord reste la plus élevée, nous actons de l’asymétrie en termes de risques et conservons une position neutre sur les actifs risqués. Dans l’attente, nous ne restons pas inactifs et adaptons les portefeuilles à ce regain de volatilité.

  • Prise de profit sur les actions et obligations émergentes (forte sensibilité au commerce mondial)
  • Repondération à neutre (nous étions sous-pondérés) des actions Small cap européennes avec la baisse du risque politique à court terme (échéance Brexit repoussée et menace limitée concernant les élections européennes)
  • Repondération de la poche obligations de qualité pour profiter du portage toujours attrayant et de la duration dans l’éventualité d’une baisse des taux liée à l’aversion au risque.
  • Nous ne souhaitons pas «dérisquer» les portefeuilles à ce stade mais préparons les ajustements en fonction des scenarios.

A: abandon des négociations et escalade dans la guerre commerciale

  • Vente de l’intégralité des positions émergentes
  • Diminution forte de l’exposition aux actifs risqués actions et obligations à haut rendement (exposition cible 25%/30% action au maximum)
  • Achat de JPY et d’obligations souveraines allemandes

B: accord commercial sino-americain

  • Achat d’actions européennes cycliques et de style «value»
  • Achat d’actions émergentes notamment asiatiques
  • Achat de portefeuilles à haut rendement avec surpondération des cycliques (plus exposées en titres notés «B»)
  • Accentuation de la vente USD/EUR
  • Si les marchés actions ne présentent plus de décote par rapport à leurs niveaux historiques, les catalyseurs à la hausse restent de deux ordres:
    - Une révision à la hausse des bénéfices par action qui ont «ceteris paribus» atteint des points bas (3,5% aux US, 4,5% en Europe pour 2019)
    - Une rotation forte vers des sociétés «value» qui pourraient bénéficier d’une compression significative de multiples.

Patience donc, dans un sens ou dans l’autre, la précipitation ayant rarement été créatrice de valeur.