USA: 5 compagnies aériennes acceptent les prêts du Trésor

AWP

1 minutes de lecture

American Airlines, Frontier Airlines, Hawaiian Airlines, Sky West Airlines et Spirit Airlines sont les premières à avoir agréé les conditions du gouvernement.

L’administration américaine s’est mise d’accord jeudi avec cinq grandes compagnies aériennes, mises à mal comme le reste du secteur par la pandémie, sur les termes d’importants prêts financiers accordés en échange de contreparties pour le contribuable.

Le gouvernement a prévu de prêter au total 25 milliards de dollars aux sociétés de transport aérien dans le cadre du gigantesque plan de relance de 2’200 milliards de dollars adopté en mars par les Etats-Unis pour soutenir l’économie.

Mais les compagnies hésitaient à accepter cette aide financière de peur de contreparties draconiennes.

American Airlines, Frontier Airlines, Hawaiian Airlines, Sky West Airlines et Spirit Airlines sont les premières à avoir finalement agréé les conditions du gouvernement, a indiqué le Trésor dans un communiqué. Les discussions se poursuivent avec d’autres entreprises du secteur.

L’administration de Donald Trump n’a pas donné de détails sur les montants des prêts ou les termes de l’accord, précisant seulement qu’il exigeait des emprunteurs de fournir des «warrants» - des produits financiers pouvant être convertis en actions - , des parts du capital ou des instruments financiers, «comme compensation appropriée pour les contribuables».

Les emprunteurs doivent aussi s’engager à respecter certaines conditions comme le maintien d’un certain niveau d’emplois et des plafonds sur les rémunérations des employés, le versement de dividendes et les rachats d’actions.

Ces prêts s’ajoutent à une autre enveloppe de 25 milliards de dollars versés par le gouvernement en échange de l’engagement des compagnies aériennes, durement frappées par la chute du trafic aérien depuis le début de la propagation du COVID-19, à ne pas supprimer d’emplois jusqu’au 30 septembre.

American Airlines a confirmé jeudi avoir signé une lettre d’intention avec le département du Trésor portant sur un prêt de 4,75 milliards de dollars.

La compagnie espère finaliser les termes du contrat d’ici fin septembre, ont précisé le PDG de l’entreprise Doug Parker et le responsable des opérations Robert Isom dans une lettre adressée aux employés et consultée par l’AFP.

American Airlines y annonce par ailleurs s’attendre à avoir 20.000 salariés de plus que nécessaire pour fonctionner à l’automne.

«Cela ne veut pas dire que 20.000 de nos salariés seront licenciés en octobre», soulignent les responsables dans le document. Mais l’entreprise «continue de travailler avec (les) syndicats pour trouver des solutions créatives qui impliquent des départs volontaires et des départs anticipés», est-il ajouté.

A lire aussi...