USA: bonne surprise de la confiance des consommateurs en juin

AWP

1 minutes de lecture

L’indice du Conference Board grimpe de 12,2 points, à 98,1 points, alors que les analystes tablaient sur 91 points.

La confiance des consommateurs américains s’est nettement améliorée en juin à la faveur de la réouverture de l’économie, selon l’indice du Conference Board publié mardi.

L’indice a grimpé de 12,2 points pour atteindre 98,1 points dépassant les attentes des analystes qui avaient tablé sur 91 points.

«La confiance des consommateurs a partiellement rebondi en juin mais reste bien en deçà des niveaux d’avant la pandémie», a toutefois commenté Lynn Franco, directrice principale des indicateurs économiques au Conference Board.

La réouverture de l’économie et la baisse du nombre de personnes demandant des allocations chômage ont contribué à améliorer l’évaluation des consommateurs de la conjoncture actuelle «mais l’indice mesurant la situation actuelle suggère que les conditions économiques restent faibles», ajoute-t-elle dans un communiqué.

De plus, si les consommateurs sont moins pessimistes quant aux perspectives à court terme, ils ne s’attendent pas «à une forte reprise» économique.

«Face à une trajectoire incertaine et inégale de la reprise, et face à une possible résurgence du Covid-19, il est trop tôt pour dire que les consommateurs ont pris un nouveau virage et sont prêts à commencer à dépenser à des niveaux pré-pandémiques», a-t-elle commenté.

La consommation des ménages est le principal moteur de l’économie américaine, représentant quelque 70% du PIB.

Dans le détail, le pourcentage de consommateurs jugeant la situation économique «bonne» a augmenté, passant de 16,4% à 17,4%.

Dans le même temps, la part des consommateurs estimant que la conjoncture s’est détériorée a diminué, passant de 51,2% à 43,2%.

L’évaluation du marché du travail par les consommateurs a également été plus favorable. Le pourcentage de consommateurs déclarant que les emplois sont «abondants» est passé de 16,5% à 20,8%, tandis que ceux déclarant que les emplois sont «difficiles à obtenir» est tombée à 23,8%, contre 29,2% en mai.

A lire aussi...