Un important défi nous attend

Christopher Smart, Barings

3 minutes de lecture

Après la pandémie, les relations entre les États-Unis et la Chine évolueront dans un contexte de plus en plus complexe et incertain.


© Keystone

Alors que les élections américaines sont quasiment terminées et que les nouvelles concernant l’arrivée imminente de vaccins ravivent les espoirs de reprise, les investisseurs vont bientôt se concentrer à nouveau sur l'un des prochains défis économiques: les relations de plus en plus tendues entre les États-Unis et la Chine. Les prochains mois offrent de nouveaux risques liés à de nouveaux foyers de pandémie, à de nouvelles restrictions de confinement et à un lent déploiement des avancées médicales, mais bientôt, les marchés se concentreront à nouveau sur le prochain chapitre de l'affaire opposant Washington à Pékin.

Les marchés ne manqueront sans doute pas les tweets imprévisibles de Donald Trump, mais les prochains gros titres autour de TikTok ou des droits de douane refléteront des tendances plus profondes qui placeront la relation bilatérale sur une voie beaucoup plus complexe et imprévisible. Une guerre totale est loin d'être inévitable, mais le drame va influencer les chaînes d'approvisionnement, l'innovation technologique et les flux financiers dans le monde. Et le drame se jouera sur au moins cinq niveaux étroitement liés.

La nouvelle administration Biden sera probablement plus méthodique,
le prochain président étant désireux de rétablir ses relations avec Xi.
  1. Les leaders: Les comptes rendus des médias, et donc le sentiment des marchés, se concentrent comme souvent sur la chimie personnelle entre les leaders: Nixon et Mao, Reagan et Deng, Trump et Xi. Le président élu Joe Biden peut charmer à peu près tout le monde et il aime raconter qu'il a passé plus de temps avec Xi que tout autre dirigeant américain lorsqu'ils étaient tous deux vice-présidents et compagnons de route lors de visites prolongées dans leurs pays respectifs. Si les différences mondiales pouvaient être aplanies au cours d'un dîner et d'un film, alors tout serait réglé.
  2. La bureaucratie: Hélas, peu importe que deux présidents s'entendent, chaque pays s'engage plus concrètement par l'intermédiaire de ses ministres, de ses ambassadeurs et de ses bureaucraties plus larges, ce qui introduit immédiatement des complications. Biden n'a pas encore annoncé ses principales nominations, mais sa nouvelle équipe sera d'abord accueillie par ses homologues chinois qui se sentiront probablement malmenés et déconcertés par quatre années tumultueuses de négociations avec l'administration Trump. Les droits de douane de Trump ont poussé la Chine à entamer des pourparlers, mais les deux parties ont envoyé des signaux confus que l'autre a interprétés comme de la mauvaise foi, selon un compte rendu fascinant de deux journalistes du Wall Street Journal. Entre-temps, la Chine a pris beaucoup de retard dans ses promesses d'effectuer de gros achats agricoles et manufacturiers dans le cadre de l'accord.
  3. L'économie: Les fonctionnaires se remettront à parler, bien sûr, et ils pourraient même trouver un moyen de dissiper leurs soupçons mutuels. Il sera toutefois beaucoup plus difficile de trouver un nouvel accord que chaque partie pourra présenter à un public politique national qui se sera montré beaucoup plus méfiant à l'égard de l'autre. Alors que l'Amérique perdait des emplois industriels bien avant l'admission de la Chine à l'Organisation mondiale du commerce en 2001, le récit des abus de la Chine sur son accès aux marchés internationaux a pris racine dans tout l'éventail politique américain, y compris parmi les grandes entreprises qui ont été frustrées par les pratiques commerciales chinoises. Mais les déséquilibres commerciaux sont dus à bien plus qu'à un protectionnisme unilatéral. «Les guerres commerciales sont des guerres de classes», c'est ainsi que Michael Pettis et Matthew C. Klein expliquent les frictions économiques structurelles. Selon eux, les dirigeants chinois ont imposé un système qui supprime les salaires et la consommation intérieure, créant ainsi une dépendance à la demande étrangère (et surtout américaine) pour leurs produits. Pendant ce temps, les excédents commerciaux de la Chine (et de l'Europe) ont sapé la production américaine et aggravé les inégalités et le sentiment populiste. Le démantèlement de ces forces ne peut être l'œuvre d'une seule administration.
  4. La géopolitique: Si ces facteurs économiques ne semblent pas encore assez compliqués, ils sont renforcés par le conflit historique d'une puissance montante défiant une puissance dominante. Graham Allison, de Harvard, présente ce cas en passant en revue des moments similaires de la lutte entre Sparte, qui est bien établie, et Athènes, qui est en plein essor. La dynamique ne conduit pas à une guerre inévitable, souligne-t-il, mais elle le peut. Une gestion prudente des deux côtés est cruciale, ce qui signifie qu'il faut considérer les négociations sur l'accès au marché ou la protection de la propriété intellectuelle comme des problèmes en soi, plutôt que comme des escarmouches dans une course accrue à la domination mondiale.
  5. Les idéologies: Le Parti communiste chinois n'a pas l'intention de relancer la guerre froide que l'Union soviétique a perdue au nom du marxisme-léninisme. «Le PCC fonctionne en fait comme le Parti de la civilisation chinoise», selon les termes du diplomate et universitaire singapourien Kishore Mahbubani. Il vise à rendre la grandeur de la Chine à «la plus ancienne civilisation de la planète». Pendant ce temps, l'Amérique, affirme-t-il, «fonctionne à partir de l'hypothèse de la vertu», ce qui l'empêche souvent de voir les griefs légitimes de la Chine.

Les investisseurs doivent donc examiner les prochains événements à tous ces niveaux. La nouvelle administration Biden sera probablement plus méthodique, le prochain président étant désireux de rétablir ses relations avec Xi. Son équipe engagera aussi rapidement ses homologues sur le commerce et la technologie et sur la politique climatique, mais les différences structurelles et politiques plus larges réapparaîtront rapidement. Le ton est peut-être plus prévisible, mais les risques croissants de malentendus pourraient rendre les prochaines étapes beaucoup plus difficiles.

A lire aussi...