Les PME regagnent un peu de terrain – PME PMI de Raiffeisen

Domagoj Arapovic, Raiffeisen

1 minutes de lecture

En mars, l'indice PMI PME de Raiffeisen a progressé de 44,3 à 56,8 points. Cette forte reprise part toutefois d'un très faible niveau.

Après les grandes entreprises, c'est au tour des PME de l'industrie de constater une amélioration de l'activité. En mars, l'indice PMI PME de Raiffeisen a progressé de 44,3 à 56,8 points. Cette forte reprise part toutefois d'un très faible niveau. Pour la deuxième fois depuis le début de la pandémie, l'indice des directeurs des achats note au-dessus du seuil de croissance de 50.

Pendant plusieurs mois, l'indice PMI PME Raiffeisen est resté nettement derrière l'indice PMI de procure.ch et Credit Suisse. La situation des PME industriels était donc bien plus mauvaise que celle des grandes entreprises. En mars, les petites et moyennes entreprises ont rattrapé leur retard. L'indice PMI PME de Raiffeisen a fortement progressé de 44,3 à 56,8 points. Il montre que l'évaluation des entreprises de l'état de leur activité s'est améliorée par rapport au mois précédent (valeur d'indice supérieur à 50) ou détériorée (valeur d'indice inférieur à 50). En mars, l'activité des PME a donc fortement progressé. Or, ce n'est que la deuxième fois depuis le début de la pandémie que l'indice Raiffeisen PMI PME se situe dans la zone d'expansion. La forte reprise est donc partie d'un niveau très faible.

Une partie des entreprises interrogées s'est montrée très préoccupée au mois de mars quant aux difficultés en matière d'approvisionnement en matériaux et matières brutes. «Les nombreux goulots d'étranglement au niveau des matières brutes empêchent à l'heure actuelle une meilleure utilisation des capacités existantes», signale par ex. le gérant d'une entreprise de construction métallique de la vallée du Rhin. Une situation qui s'explique par les défaillances constantes dans les chaînes de livraison internationales liées à la pandémie ainsi que la demande accrue de produits importés d'Asie de la part des pays industrialisés. En conséquence, de longues files d'attente de navires-conteneurs se sont formées devant les ports, allongeant encore plus les délais de livraison. C'est pourquoi la sous-composante Délais de livraison s'établit à 59,2 points dans l'indice PMI PME Raiffeisen, ce qui représente un nouveau record. Les goulots d'étranglement en matière de livraison mènent par conséquent à une hausse des prix d'achat, ce que soulignent explicitement plusieurs des PME interrogées. «La nette hausse des prix d'achat pèse sur nos bénéfices, car nous ne pouvons pas actuellement pas la répercuter sur nos clients», rapporte par ex. le directeur d'un fabricant de produits d'emballage du canton de Zurich.

Indépendamment de la problématique de livraison qui devrait se détendre sur le reste de l'année, comme il y a suffisamment de capacités de transport, les perspectives pour les PMI se sont récemment quelque peu amélioré. Toutes les sous-composantes de l'indice Raiffeisen PMI PME ont augmenté en mars pour clôturer au-dessus du seuil de croissance de 50. Le carnet de commandes s'est particulièrement bien reconstitué (de 42,9 à 57,9). Cette valeur est significative car l'évolution du carnet de commande présente un caractère prémonitoire pour l'ensemble de l'activité des entreprises. La composante «Carnets de commande» représente par conséquent la part du lion de l'indice PMI PME (à hauteur de 30%).

A lire aussi...