Le coronavirus paralyse aussi l'industrie – PME PMI de Raiffeisen

Domagoj Arapovic, Raiffeisen

1 minutes de lecture

De nombreuses entreprises ont dû réduire leur production, comme le montre l'indice Raiffeisen PMI PME qui s'est contracté de 41,4 à 30,6 points.

La crise du coronavirus n'a pas épargné les PME suisses du secteur industriel. De nombreuses entreprises ont dû réduire leur production, comme le montre l'indice Raiffeisen PMI PME qui s'est contracté de 41,4 à 30,6 points. L'industrie est globalement plus fortement touchée par le travail à temps partiel que le secteur tertiaire.

Mis en place à partir du 16 mars, le confinement de l'économie suisse a dans un premier temps surtout fortement touché les entreprises spécialisées dans les services aux personnes. L'industrie manufacturière n'a pas subi d'interdiction générale d'exploitation. Le commerce transfrontalier de marchandises a été maintenu, de sorte que les entreprises industrielles ont en principe pu poursuivre leur production. Or, la crise du coronavirus a également frappé de plein fouet l'industrie suisse, comme le montre l'indice PMI PME de Raiffeisen. En avril, le seul indice des directeurs d'achat de Suisse consacré aux PME s'est replié de 41,4 à 30,6 points et donc aussi fortement que celui des pays voisins. Plus de 70 % des entreprises interrogées ont signalé un volume de production inférieur à celui du mois précédent, de sorte que le sous-indice correspondant s'est effondré de 37,7 à 20,0 points. Ainsi, un fabricant d'appareils de précision de taille moyenne de la région de Brugg/Zurzach a déclaré que la mise en œuvre des mesures d'hygiène avait fait baisser la production d'un tiers. D'autres entreprises interrogées ont même fait part d'un arrêt complet de la production, notamment des PME de grande taille. Ainsi, une importante entreprise de construction mécanique de la région de Lugano a expliqué qu'elle avait cessé de produire en raison des cas de coronavirus parmi le personnel. En avril, selon les chiffres du SECO, plus de 43 % des salariés de l'industrie étaient inscrits au chômage partiel, ce qui se situe au-dessus de la moyenne globale de 35%.

A lire aussi...