L’économie US dépendra du Congrès et du COVID

Adrien Pichoud, SYZ

1 minutes de lecture

Le statu quo au Congrès est le résultat le plus probable, et il sera motivé par des désaccords sur la gestion de la pandémie.

La course à la Maison Blanche importe moins que la lutte pour contrôler le Congrès et l'agenda législatif. D'un point de vue économique, quelle que soit l'évolution de la pandémie de COVID-19, la course à la présidence ne changera rien à la nécessité de se concentrer sur la reprise. Malgré les tensions géopolitiques et les enjeux pour la démocratie américaine, nous ne voyons donc pas de scénario après le 3 novembre qui changerait de manière significative la santé sous-jacente de l'économie américaine, ni le tableau global de «japonisation» des taux d'intérêt et de la croissance historiquement bas. 

Un coup de balai de la part d'un des partis de la présidence, de la Chambre des représentants et du Sénat serait, selon nous, le résultat le plus perturbateur pour le marché, en donnant à la prochaine administration les coudées franches dans l'élaboration du programme législatif américain. Mais ce n'est pas ce que nous attendons. Nous prévoyons un Congrès encore divisé qui limiterait les ambitions de l'un ou l'autre président. Selon les sondages actuels, nous pensons que le statu quo au Congrès est le résultat le plus probable, et qu'il sera motivé par des désaccords sur la gestion de la pandémie.

Attention: ce texte a été traduit avec un outil automatique.
 

A lire aussi...