Éloge de la domination du dollar

Christopher Smart, Barings

3 minutes de lecture

Cette crise serait probablement bien pire sans les prestidigitateurs de la Fed.


© Keystone

Une théorie gagne du terrain: notre monde post-pandémique en sortira plus fragmenté que jamais. Si les guerres commerciales provoquent des incertitudes sur les chaînes d’approvisionnement, les pénuries de matériel médical accéléreront la production à proximité de chez nous. Si la politique extérieure «America First» a déjà fait naître des doutes sur les alliances mondiales, une mauvaise coopération internationale pour contenir le coronavirus ne fera qu’intensifier les rivalités existantes.

Mais la sortie de cette crise est en fait tributaire d’un monde intégré, et nous ne devrions pas nous contenter de considérer cette théorie comme un fait. La science médicale a besoin d’une coopération mondiale et d’un contrôle par les pairs pour vaincre COVID-19. L’internet a rendu possible et même tolérable la distanciation sociale. Et le dollar américain, et ses prestidigitateurs à la Réserve fédérale, ont stabilisé de manière décisive les marchés financiers partout dans le monde pour prévenir un effondrement catastrophique.

Les forces intrinsèques du dollar découlent
d’une combinaison de confiance, de praticité et de coût.

Oui, rendons grâce au dollar et protégeons son rôle mondial.

Malgré tout le ressentiment que le dollar peut susciter, il faut éviter les raisonnements hâtifs autour des théories selon lesquelles son heure est passée ou son retrait devrait être précipité. Premièrement, la domination du dollar dépend davantage de ses forces inhérentes que de toute politique gouvernementale. Deuxièmement, comme nous l’avons déjà vu deux fois au cours de ce siècle, il constitue une force stabilisatrice cruciale en cas de crise. Troisièmement, et peut-être moins visiblement, il offre également une voie vers une plus grande coopération mondiale que tout politicien non américain ne l’admettra jamais publiquement.

Les forces intrinsèques du dollar découlent d’une combinaison de confiance, de praticité et de coût. Il est étonnant de constater que 42% des paiements mondiaux sont effectués en dollars, tout comme les deux tiers des réserves mondiales et près de la moitié des factures commerciales mondiales. Rien de tout cela n’est imposé ou décrété.

La confiance, certes, est relative, mais nous avons pu constater l’évolution des flux le mois dernier lorsque la confiance du marché s’est évaporée. L’opacité des institutions chinoises et la fragilité de la politique européenne font que la monnaie américaine, même aujourd’hui, semble fiable par rapport au yuan ou à l’euro. Une monnaie cryptographique mondiale pourrait voir le jour un jour, mais sa conception reste problématique.

La fixation des prix du commerce mondial avec la même monnaie crée également d’énormes gains d’efficacité pour les entreprises. Si les produits des différents pays sont tous tarifés en dollars, les marges bénéficiaires sont plus faciles à prévoir et à protéger. L’émission de dette sur les marchés obligataires les plus vastes du monde présente également des avantages.

Au-delà de ces avantages structurels, la domination du dollar permet également de réagir rapidement aux crises, comme nous avons tous pu le constater. Agissant rapidement et de manière créative, la Réserve fédérale a non seulement réussi à stabiliser les marchés des instruments financiers américains grâce à sa stratégie renforcée à partir de 2008, mais elle a également étendu des mesures vitales à d’autres marchés où la demande en dollars a soudainement augmenté.

Les sanctions en dollars fonctionnent réellement
contre les organisations criminelles et les groupes terroristes.

Tout comme elle l’a fait il y a 12 ans, la Fed a offert des lignes de swap en dollars à ses partenaires traditionnels des banques centrales développées, comme la Banque centrale européenne, la Banque du Japon et la Banque d’Angleterre. Mais depuis, les banques non américaines ont augmenté leurs avoirs en dollars de 20% et les entités étrangères non bancaires ont émis près de trois fois plus d’obligations en dollars. La Fed a donc pris la décision audacieuse et créative d’ouvrir des facilités de rachat aux banques centrales détenant d’importants avoirs du Trésor, allant de l’Irlande à la Chine. Ces mesures ont permis de stabiliser les marchés financiers et d’atténuer la pression sur l’appréciation du dollar.

Imaginez un instant un monde dans lequel, par exemple, trois blocs monétaires concurrents offriraient un soutien de liquidité variable et imprévisible en cas de crise. Les investisseurs seraient laissés à eux-mêmes pour deviner quels systèmes bancaires - et quelles banques - pourraient être confrontés à des pressions soudaines sur les liquidités. Ils se demanderaient également si la Chine est prête à soutenir le système financier de Taïwan ou si la Banque centrale européenne peut aider les banques des pays qui ont abrogé leurs engagements en matière de climat.

Enfin, malgré le ressentiment croissant à l’égard des sanctions américaines, il faut en rappeler les avantages considérables au niveau mondial. Par-dessus tout, les sanctions en dollars fonctionnent réellement contre les organisations criminelles et les groupes terroristes. La décision de l’administration Trump de réimposer des sanctions à l’Iran et, par extension, d’exiger des banques étrangères qu’elles fassent de même, soulève naturellement des difficultés. Néanmoins, les récents programmes de sanctions contre la Russie, la Corée du Nord et le Venezuela ont été mis en œuvre avec le large accord de ses principaux alliés.

L’importance de l’accès aux marchés en dollars a également contribué à rallier les banques mondiales à la cause de la lutte contre l’évasion fiscale, et a encouragé l’adoption de normes communes en matière de protection des données. Dans un monde divisé et méfiant, il semble que les États-Unis imposent injustement leurs préférences. Toutefois, lorsqu’il existe des valeurs et des objectifs communs, il peut s’agir d’un mécanisme puissant pour une plus grande coopération.

Le rôle dominant du dollar dans cette crise va certainement susciter un nouveau débat. Le privilège exorbitant de l’Amérique à pouvoir accéder à des financements bon marché est contrebalancé par un taux de change qui pourrait être plus fort qu’il ne le serait autrement. Bien que les appels à la «fin de la Fed» se soient tus, le Congrès examinera certainement de près la réponse de la banque centrale à la crise et les risques qu’elle a encourus. En attendant, le ressentiment envers l’Amérique ne s’estompera pas de sitôt, surtout si le monde bascule dans la récession.

A lire aussi...