Au tour de l'Europe de briller?

Christopher Smart, Barings

2 minutes de lecture

Si la situation autour du Brexit et de l'économie allemande s'améliore, cela stimulera l'économie européenne dans son ensemble.


©Keystone

Toute faiblesse du dollar américain pourrait soutenir davantage les marchés internationaux et ainsi renverser une décennie de sous-performance.

Sur le plan macroéconomique, nous surveillons de près deux types de risques. Le premier est constitué d'une série de risques cycliques découlant du fait que nous nous trouvons en fin de cycle. Plus précisément, il convient de se demander combien de temps encore la vigueur de la consommation américaine peut se maintenir, et dans quelle mesure elle continuera de stimuler la croissance mondiale. Compte tenu de ces préoccupations, il semble y avoir de plus en plus de doutes sur les investissements en immobilisations corporelles (fixed-asset investments). Globalement, ce secteur de l'économie accuse un certain retard depuis quelques années, principalement en raison de l'incertitude entourant le commerce mondial et les perspectives générales. Lorsqu’il existe des incertitudes sur la manière dont les tarifs douaniers auront une incidence sur les chaînes d'approvisionnement mondiales, les investissements des entreprises ont tendance à diminuer. Nous pensons donc que l'un des risques les plus importants pour 2020 est que les investissements des entreprises ne se redressent pas.

Les risques climatiques et la politique en la matière semblent être
de plus en plus au centre des préoccupations des investisseurs.

L'autre risque est une tendance séculaire qui s'articule autour des risques climatiques et de la politique en la matière. Quelle que soit votre position sur la question du climat, ces facteurs semblent être de plus en plus au centre des préoccupations des investisseurs. Les règles évoluent, les lois évoluent, les règlements évoluent; dans certaines parties du monde, le coût du carbone évolue. Et la technologie dans le domaine de l'énergie, de la production d'énergie et de la transformation de celle-ci évolue elle aussi. Il n'est pas certain que ces préoccupations soient au premier plan l'an prochain, mais il ne fait aucun doute qu'elles prennent rapidement de l'importance.

L’opportunité la plus intéressante

La plupart des plus grandes opportunités que nous anticipons pour 2020 sont liées à la technologie. Il semblerait que nous soyons à l'aube de changements très disruptifs provenant de l'Internet des objets. Nous constatons en particulier une convergence de facteurs tels que le cloud computing, le cloud storage, la technologie des capteurs peu coûteux, les réseaux mobiles et l'analyse des données. Les progrès réalisés dans ces domaines nous permettent de contrôler et de gérer le monde physique d'une manière que nous n'aurions jamais imaginée il y a encore 20 ans. De la réduction des temps d'immobilisation des avions à l'accroissement de la productivité des plates-formes pétrolières, l'amélioration de ces capacités a créé des débouchés pour toutes les entreprises de l'économie. D'un autre côté, les entreprises qui ne se penchent pas sérieusement sur la façon de tirer parti de ces technologies risquent de se faire déstabiliser par des concurrents qui peuvent le faire.

Il est tout à fait plausible que l'inflation
reste maîtrisée en 2020.
La prévision audacieuse

Ce n'est peut-être pas particulièrement audacieux, mais une prévision quelque peu courageuse est que 2020 s'avérera meilleure que ne le suggère le sentiment actuel. Le marché est actuellement marqué par beaucoup d'incertitude, surtout en ce qui concerne les perspectives politiques et économiques. Mais nous considérons qu'il est tout à fait plausible que l'inflation reste maîtrisée en 2020, ce qui inciterait les banques centrales à adopter une approche plus accommodante et à soutenir les bénéfices des entreprises. Il est également possible que la croissance économique continue d'être convenable et que les facteurs politiques défavorables auxquels nous nous préparons finissent par être moins sévères que prévu.

Une prévision un peu plus audacieuse est que l'Europe et les marchés émergents afficheront de meilleures performances que les États-Unis après une longue période de sous-performance. Si la situation autour du Brexit s'arrange, ce qui semble être la direction dans laquelle nous nous dirigeons, cela stimulera l'économie dans son ensemble. L'économie allemande - la plus importante d'Europe - pourrait également s'améliorer, surtout si le gouvernement lui fournit un soutien fiscal, même modeste. Enfin, toute faiblesse du dollar américain aurait le potentiel de soutenir davantage les marchés internationaux.

Rendement des indices boursiers mondiaux

A lire aussi...