Amélioration de la position de départ des marchés financiers

Beat Thoma, Fisch Asset Management

1 minutes de lecture

L'environnement positif pour l'économie et les marchés financiers est freiné par divers facteurs.

La situation de départ déjà favorable des marchés financiers, qui est en place depuis un certain temps, a encore été améliorée par les récentes nouvelles très positives sur le développement de vaccins et de médicaments contre le COVID-19. En effet, il est de plus en plus probable que la pandémie soit maîtrisée avec succès et de manière fondamentale. Même s'il faudra encore un certain temps avant que la vaccination complète soit disponible dans le monde entier, les attentes des investisseurs et des consommateurs changent déjà fondamentalement. Vous pouvez voir la lumière au bout du tunnel. Cela devrait également avoir un impact positif sur les prêts bancaires. Le stress financier récemment croissant de nombreuses petites et moyennes entreprises pourrait être réduit. Cela augmente la probabilité que les goulets d'étranglement financiers puissent être comblés jusqu'à la fin de la pandémie, ce qui est désormais prévisible, même pour les perdants de COVID-19 comme les industries du transport aérien et du divertissement ou le secteur de l'énergie, qui sont soumis à une forte pression.

Cependant, l'environnement positif pour l'économie et les marchés financiers est freiné par divers facteurs. Les perspectives de contenir la pandémie avec succès réduisent la nécessité de mettre en place de nouveaux plans de relance gouvernementaux et monétaires. Il ne faut pas sous-estimer l'effet modérateur de ces aides moins importantes que prévu. Jusqu'à présent, la reprise de l'économie et des marchés financiers est en grande partie due au soutien du gouvernement et de la banque centrale. Le système en est encore relativement dépendant. Toutefois, comme la croissance économique a de plus en plus montré son propre élan positif ces dernières semaines, indépendamment des mesures de relance, nous prévoyons que les marchés évolueront globalement favorablement malgré tous les risques. Toutefois, à court ou moyen terme, nous ne voyons pas nécessairement une reprise générale des prix sur les marchés des actions et des obligations de sociétés aussi probable. Au lieu de cela, nous nous préparons à une forte volatilité - due également à la situation après les élections présidentielles américaines - et à une rotation sectorielle vers les entreprises qui devraient particulièrement bénéficier de la fin de la pandémie.

 

A lire aussi...