Oerlikon vend Drive Systems à Dana Incorporated

AWP

1 minutes de lecture

«Nous avons atteint notre objectif stratégique pour Drive Systems et renforcé notre position financière pour les investissements», s’est félicité le CEO, Roland Fischer.


© Keystone.

Le groupe industriel Oerlikon a signé lundi un accord pour la vente de sa division de systèmes d’entraînement (Drive Systems) à l’équipementier automobile américain Dana Incorporated. L’opération, censée permettre à l’entreprise de se recentrer sur ses autres activités, fait suite à une tentative avortée d’entrée en Bourse (IPO) il y a moins d’un mois.

Dans son communiqué, le conglomérat schwytzois évoque une valeur d’entreprise sous-jacente de 600 millions de francs qui «correspond aussi au produit brut en liquide attendu», un montant considéré par la communauté financière comme étant en ligne avec la valorisation de la concurrence, mais généralement inférieur aux expectatives.

La transaction constitue un jalon important de la société dans son recentrage vers les solutions de revêtement de surface et les matériaux innovants, ainsi que sur les fibres synthétiques. Sa finalisation est attendue pour «fin 2018 ou au premier trimestre 2019», sous réserve du feu vert des autorités de la concurrence et des dispositions contractuelles.

Objectif stratégique atteint

«Avec cette transaction, nous avons atteint de façon cohérente notre objectif stratégique pour Drive Systems et renforcé la position financière d’Oerlikon pour les investissements», s’est félicité le patron du groupe, Roland Fischer, cité dans le communiqué.

Coté au Nasdaq, Dana est spécialisé dans les solutions techniques destinées à «améliorer l’efficience, la performance et la durabilité de véhicules et de machines». En 2017, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 7,2 milliards de dollars (à peu près autant en francs) et emploie quelque 30’000 personnes réparties dans 33 pays.

La vente de Drive Systems survient moins d’un mois après le report «à une date ultérieure» de son entrée en Bourse. Oerlikon avait alors justifié sa décision par les «conditions de marché défavorables» et s’était engagé à reconsidérer la cotation de son unité lorsque celles-ci seraient «appropriées».

Le prix d’émission avait été fixé dans une fourchette de 48 à 62 francs, pour une capitalisation boursière attendue de 480 à 620 millions.

La division d’Oerlikon fabrique des engrenages, arbres et systèmes de transmission pour l’industrie automobile. L’an dernier, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 730 millions de francs (+19,3%) - environ le quart des recettes du groupe - et dégagé un excédent brut d’exploitation de 78 millions, pour une marge afférente de 10,6%.

Formée d’Oerlikon Graziano et Oerlikon Fairfield, Drive Systems compte quelque 5100 employés et dispose de sites de production aux Etats-Unis, en Italie, en Grande-Bretagne, en Chine et en Inde.

Bonne affaire pour Dana

La communauté financière salue l’opération, même si le prix est considéré comme plutôt peu élevé. Baader Helvea par exemple tablait plutôt sur une valorisation supérieure à 800 millions de francs. Le courtier genevois confirme sa recommandation d’achat du titre (buy), tout comme la banque privée Vontobel.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) relève que le montant attendu de la transaction s’inscrit dans le bas de la fourchette qui avait été fixée pour l’IPO avortée début juillet et invite toujours à «pondérer au marché».

 A la Bourse suisse, l'annonce a valu au titre les faveurs de la cote. La nominative Oerlikon a bouclé sur un gain convaincant de 2,4% à 15,48 francs, surperformant nettement un SPI en retrait de 0,14%.

A lire aussi...