Novartis a étoffé ses revenus de 3% à 48,66 milliards de dollars

AWP

1 minutes de lecture

Le bénéfice net de base - soit ajusté de tout facteur ou position jugés exceptionnels - s’est envolé de 9% à 13,16 milliards.

Novartis a engrangé l’année dernière un chiffre d’affaires de 48,66 milliards de dollars, en hausse de 3% sur un an. Le bénéfice net de base - soit ajusté de tout facteur ou position jugés exceptionnels - s’est envolé de 9% à 13,16 milliards.

Le bénéfice net comptabilisé par contre s’est étiolé de près d’un tiers à 8,07 milliards. La base de comparaison en 2019 comprenait néanmoins encore un résultat de 4,59 milliards attribué à l’ex-division Alcon, autonomisée depuis. Hors effets de périmètre et de change, le laboratoire rhénan revendique une progression de 20% de sa rentabilité nette.

Le conseil d’administration soumettra au vote des actionnaires une proposition de dividende agrémenté de 5 centimes à 3,00 francs par action lors de la prochaine assemblée générale.

Le bénéfice net de base s’inscrit dans le haut des projections des analystes consultés par AWP, malgré une légère déception en termes de revenus. Le dividende était attendu en moyenne 6 centimes plus haut.

La direction assure mardi dans son compte-rendu que l’accent exercé sur le coeur de métier dans les médicaments devrait permettre d’accroître chiffre d’affaires et résultats d’une année à l’autre jusqu’en 2025.

La feuille de route initiale pour l’année en cours comprend une croissance de 1 à 5% pour l’ensemble du groupe, hors effets de changes, entraînée par une progression de 5% pour l’unité principale Innovative Medicines. La filiale génériques et biosimilaires Sandoz doit suivre une évolution similaire au recul de 1% essuyé en 2019.

La rentabilité opérationnelle (Ebit) de base doit avoisiner les 5%.

 

12,7 millions de rémunération en 2020 pour Vasant Narasimhan
Le directeur général de Novartis Vasant Narasimhan a perçu en 2020 une rémunération totale de 12,72 millions de francs, contre 10,62 millions un an plus tôt et 6,68 millions pour ses premiers onze mois à la tête du mastodonte pharmaceutique rhénan en 2019.
Salaires de base et boni cumulés pour les douze autres membres du comité exécutif ont atteint 46,10 millions, contre encore près de 56 millions un an plus tôt. L’enveloppe comprenait alors toutefois des indemnités de départ pour deux cadres dirigeants, qui avaient quitté l’entreprise en cours d’année.
Le conseil d’administration a perçu un total de 8,73 millions, dont 3,81 millions pour le président Joerg Reinhardt, détaille le rapport annuel diffusé mardi. L’enveloppe d’ensemble a ainsi progressé d’un demi-million, quand la rémunération du pilote de l’organe de surveillance est demeurée stable.
Comité exécutif et conseil d’administration seront par ailleurs quelque peu remaniés. L’administrateur Srikant Datar, nominé comme doyen à la Harvard Business School, rendra en effet son mandat lors de la prochaine assemblée générale. Son fauteuil devrait revenir, moyennant approbation par l’actionnariat, à Simon Moroney.
Le responsable du numérique Bertrand Bodson quittera aussi l’entreprise le 1er février. Robert Weltevreden pilotera à compter de cette date la nouvelle unité Customer and Technology Solutions.

A lire aussi...