Novartis essuie un échec avec le canakinumab contre le Covid-19

AWP

1 minutes de lecture

L’anti-inflammatoire, administré en plus de standards thérapeutiques actuels, n’a pas permis d’améliorer les chances de survie sans recours à un respirateur artificiel invasif.

Novartis reconnaît vendredi n’avoir pas atteint le critère primaire d’une étude clinique avancée sur l’administration de son Ilaris (canakinumab) à des patients Covid-19 hospitalisés. L’anti-inflammatoire, administré en plus de standards thérapeutiques actuels, n’a pas permis d’améliorer les chances de survie sans recours à un respirateur artificiel invasif.

L’administration de ce médicament déjà approuvé dans d’autres indications n’a pas non plus permis d’observer une réduction de la mortalité chez ces patients, ajoute la multinationale dans son communiqué.

Le laboratoire rappelle néanmoins avoir récemment conclu un partenariat avec son modeste homologue zurichois Molecular Partners dans le domaine du Covid et mener encore une étude clinique de phase III sur le ruxolitinib dans cette indication.

A lire aussi...