Métaux précieux: la faiblesse du dollar booste l’or

AWP

1 minutes de lecture

L’argent a également progressé, comme le platine dans une moindre mesure, tandis que le palladium a un peu baissé par rapport à vendredi dernier.

L’or a nettement progressé sur la semaine, principalement aidé par la faiblesse du dollar et par son statut de valeur refuge.

L’argent a également progressé, comme le platine dans une moindre mesure, tandis que le palladium a un peu baissé par rapport à vendredi dernier.

Sur la semaine, «l’appétit des investisseurs pour les lingots a bondi du fait des craintes grandissantes liées à la hausse des droits de douane et au ralentissement économique», a expliqué Carlo Alberto De Casa, analyste pour ActivTrades.

Les tensions entre les Etats-Unis et le Mexique se sont poursuivies ces derniers jours, tandis que le président américain Donald Trump a affirmé mercredi que les négociations avançaient de manière très insuffisante, et promis à nouveau de taxer tous les biens en provenance de son voisin à partir de lundi si Mexico ne l’aidait pas à bloquer les migrants toujours plus nombreux à franchir leur frontière commune.

Pour amadouer son voisin américain, le Mexique a notamment annoncé jeudi le déploiement de 6.000 hommes pour empêcher les clandestins de transiter sur son territoire.

L’or a atteint un plus haut depuis trois mois et demi mercredi, à 1.344,55 dollars l’once, «trouvant du soutien dans la faiblesse du dollar, qui s’est dans un premier temps déprécié en réponse à de mauvaises données économiques américaines», selon les analystes de Commerzbank.

Mercredi, l’enquête réalisée par la firme ADP a révélé qu’environ 27.000 nouvelles embauches avaient été enregistrées dans le seul secteur privé en mai, un fort repli par rapport aux 271.000 du mois précédent. C’est le plus faible nombre d’emplois créés depuis mars 2010.

L’information a fait chuter le dollar, devise dans laquelle sont libellées de nombreuses matières, comme l’or par exemple. Une baisse du billet vert rend donc le métal jaune moins cher pour les investisseurs utilisant d’autres devises.

Le dollar a en outre été pénalisé par des propos prudents de responsables de la Réserve fédérale américaine qui pourraient annoncer un futur assouplissement monétaire.

Vendredi, l’or a de nouveau profité de chiffres moins bons qu’attendu sur l’emploi, évoluant à la hausse pour la septième séance d’affilée.

Seuls 75.000 emplois ont été créés en mai aux Etats-Unis, selon les chiffres officiels, nettement moins que les 175.000 attendus par les analystes.

L’argent, comme l’or, a culminé mercredi, atteignant 15,05 dollars l’once, un plus haut depuis fin avril.

«Bien que la faiblesse du dollar a soutenu l’argent, la hausse a été limitée par des facteurs techniques» liés à des opérations spéculatives, a toutefois nuancé Lukman Otunuga, analyste pour FXTM.

Contrairement à l’or, le métal gris peine à remonter depuis la forte baisse de ces deux métaux à l’été 2018.

Enfin, le platine a grimpé en début de semaine avant d’effacer la majorité de ses gains mercredi, tandis que le palladium a légèrement baissé sur la semaine.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1.343,56 dollars vendredi vers 12H45 GMT, contre 1.296,33 dollars le vendredi précédent à la même heure.

L’once d’argent valait 15,00 dollars, contre 14,51 dollars il y a sept jours.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l’once de platine s’échangeait à 805,65 dollars, contre 791,91 dollars sept jours plus tôt.

L’once de palladium valait pour sa part 1.353,55 dollars, contre 1.371,81 dollars à la fin de la semaine précédente.

A lire aussi...