Les médias vaudois recevront une aide de la part du canton

AWP

1 minutes de lecture

6,2 millions de francs sur 5 ans seront dédiés à la publication d’annonces, la création d’un kiosque numérique et des mesures pour inciter les jeunes à s’informer dans les médias payants.

Les médias vaudois recevront un soutien de l’Etat. Le Grand Conseil a accepté mardi le paquet d’aide à la presse concocté par le gouvernement. L’enveloppe de 6,2 millions de francs sur cinq ans comprend la publication d’annonces, la création d’un kiosque numérique et des mesures pour inciter les jeunes à s’informer dans les médias payants.

Porté en deuxième débat, le projet du Conseil d’Etat a nécessité des discussions supplémentaires s’agissant de savoir si les mesures de soutien seraient réservées uniquement aux médias bénéficiaires ne distribuant aucun dividende y compris dans le cadre d’un groupe.

Un compromis et trois voeux

Cette condition avait fait l’objet d’un amendement lors du premier débat juste avant Noël et tout le paquet avait été renvoyé en commission pour régler ce point très discuté. Un compromis a finalement été trouvé: le gouvernement définira lui-même les charges, conditions et limitations auxquelles il y a lieu d’assortir l’octroi des aides et veillera à ce que ces mesures soient affectées aux activités médiatiques proprement dites.

A cet amendement, la commission a encore émis trois voeux: le Conseil d’Etat devra privilégiera les médias qui ne distribuent pas de dividendes, y compris dans le cadre d’un groupe, les entreprises qui ne recourent pas à des licenciements économiques malgré des résultats bénéficiaires, y compris dans le cadre d’un groupe et les bénéficiaires qui recourent à la formation.

Les députés se sont montrés satisfaits de ces précisions et la présidente du Conseil d’Etat Nuria Gorrite a aussi salué ce consensus. Le plénum a ainsi directement enchaîné avec le troisième débat, où un député UDC s’est encore inquiété du prix de l’abonnement de l’agence de presse Keystone-ATS pour les petits journaux.

Mme Gorrite a tenu à le rassurer en indiquant que des «discussions étaient en cours et déjà bien avancées» entre Keystone-ATS et Vaud Presse (qui regroupe 13 petits journaux). Elles se concentrent sur la définition d’un mandat lié à la couverture de sujets régionaux et locaux ainsi que sur la question tarifaire, a-t-elle précisé.

Assurer la pluralité

A vote final, le Grand Conseil a accepté cette aide publique à la presse par 95 oui, trois non et 21 abstentions.

L’objectif du paquet vaudois est de préserver la diversité des médias, car ils constituent un pilier de la formation d’opinion et de notre démocratie. Il est composé de mesures de soutien indirectes, ciblées et limitées dans le temps. Les députés ont demandé qu’une évaluation soit faite après trois ans déjà, pour éventuellement adapter le dispositif.

Celui-ci comprend premièrement l’insertion massive d’annonces (2,5 millions) dans la presse locale et régionale. Le deuxième chapitre concerne l’aide à l’innovation, avec diverses études sur les médias et la création d’une plateforme d’abonnement pour la presse vaudoise (1,25 million). L’éducation des jeunes aux médias (1,08 million) vise, elle, à renforcer leur esprit critique face aux informations diffusées sur le net.

Le «package» inclut encore un «coup de pouce» à la formation des journalistes (CFJM) d’une part et à Keystone-ATS d’autre part pour la couverture de l’actualité vaudoise et pour permettre aux petits journaux d’avoir accès aux dépêches de l’agence «à moindre frais».

A lire aussi...