Les petits et moyens éditeurs indépendants fondent un groupement d'intérêt

Communiqué, Freiburger Nachrichten & Freiämter Regionalzeitungen

1 minutes de lecture

La clause relative aux holdings et la dégressivité des aides contribuent à renforcer la diversité des médias.

Actuellement, le Parlement discute de mesures visant à préserver la diversité politico-médiatique en Suisse. Parmi elles figure un projet de loi sur l'aide aux médias en ligne qui intègre une clause relative aux holdings ainsi qu'un modèle de financement dégressif. Contrairement à certains grands éditeurs, la groupement d'intérêt des «petits et moyens éditeurs» nouvellement fondée soutient ce projet de mesures du Conseil fédéral en l'état. Le groupement et Verband Schweizer Medien (VSM) réclament que le train de mesures en faveur des médias entre en vigueur le plus tôt possible.

Les médias suisses sont soumis à une pression importante, notamment en raison du COVID. La transformation numérique représente un effort supplémentaire pour les journaux locaux et régionaux à faible ou moyen tirage. En raison de leur diffusion limitée, les recettes issues des offres payantes ne permettent pas (encore) d'atteindre le seuil de rentabilité. Afin de préserver la diversité des médias essentielle à la démocratie dans notre pays, des offres de médias en ligne plus modestes doivent également être disponibles, notamment pour toucher les jeunes lectrices et lecteurs. 

A cette fin, le projet de loi fédérale sur l'aide aux médias en ligne prévoit la mise en place de subventions. Les grands éditeurs profiteraient eux aussi de ces aides financières: les huit principaux éditeurs devraient percevoir 54% des 30 millions de francs proposés. Grâce à la clause relative aux holdings et au modèle de financement dégressif, la centaine de petits et moyens journaux indépendants, qui représentent 23% des tirages, bénéficieraient pour leur part des 46% restants. Ce soutien majoré est indispensable pour que les titres locaux et régionaux indépendants, tels que le Bote der Urschweiz, l'Engadiner Post, les Freiburger Nachrichten, les Luzerner Landzeitungen, la Volksstimme ou encore le Wohler Anzeiger puissent continuer à apporter leur contribution au débat démocratique.

Afin de soutenir la clause relative aux holdings et la dégressivité des aides auxquelles les grands éditeurs s'opposent, le groupement d'intérêt des «petits et moyens éditeurs» a été fondée pratiquement du jour au lendemain. En effet, pour les petits médias tels que ceux susmentionnés comme pour bien d'autres dans toutes les régions linguistiques de Suisse, la mise en œuvre de la loi fédérale sur l'aide aux médias en ligne telle qu'envisagée par le Conseil fédéral est une question de survie. 

Les autres dispositions du train de mesures en faveur des médias en trois volets (soutien indirect à la presse et financement d'initiatives dans ce secteur) ne font l'objet d'aucune contestation de la part de tous les membres de VSM. Selon le modèle envisagé, les sept principaux éditeurs profiteraient à hauteur de 80% des 60 millions de francs supplémentaires alloués. Les petits et moyens éditeurs indépendants percevraient quant à eux 20% de cette enveloppe.

En dépit de toutes les divergences, il est primordial que le train de mesures entre en vigueur le plus rapidement possible.

A lire aussi...