Le risque de récession en Suisse ne dépasse pas 25%, selon BAK

AWP

1 minutes de lecture

Les économistes de l’institut BAK demeurent «modérément optimistes» pour les mois à venir.

L’économie suisse tient le choc dans un contexte de ralentissement conjoncturel global. Les économistes de l’institut BAK demeurent donc «modérément optimistes» pour les mois à venir. Les probabilités de récession sont de l’ordre de 25%, selon eux.

Après la «forte chute» du PIB subie au troisième trimestre 2018, la croissance helvétique est repartie de plus belle, a expliqué Alexis Bill-Körber, responsable de la recherche macroéconomique chez BAK. Pour arriver à cette conclusion, le spécialiste n’a pas tenu compte des associations sportives, dopées l’année dernières par les recettes tirées des compétitions internationales.

Cette évolution est encourageante compte tenu d’un «contexte mondial plutôt défavorable». Les litiges commerciaux, le Brexit, la hausse du protectionnisme pèsent. Le commerce mondial ne progressera que de 0,6% cette année, bien loin de la moyenne pluriannuelle.

Confrontée à cet environnement hostile, l’industrie d’exportation suisse s’en est tirée avec les honneurs jusqu’ici. Elle profite d’un franc qui reste à un «niveau acceptable», malgré un récent renchérissement. La situation est meilleure qu’au moment de la levée du taux plancher EUR/CHF, a assuré M. Bill-Körber.

Entreprises zombies

L’économie helvétique n’est cependant pas immunisée face aux turbulences conjoncturelles qui secouent la planète. Les dernières statistiques du commerce extérieur ont montré des signes de faiblesse dans certains secteurs, notamment dans l’industrie des machines. «Nous sommes encore loin du niveau de la crise financière», a cependant relativisé le spécialiste de BAK.

«Dans l’ensemble, nous sommes prudemment optimistes», a-t-il conclu, tout en précisant que «la récession est très loin». Pour l’année en cours, l’institut bâlois prévoit une croissance du PIB de 0,7% et table sur 1,1% pour 2020 ainsi que 2021.

Autant d’éléments qui placent la probabilité d’une récession en Suisse à 25%, selon Martin Eichler, chef économiste de BAK. «L’escalade dans les conflits commerciaux représente le risque le plus aigu», a-t-il averti. Un contagion du litige sino-américain à l’Europe toucherait de plein fouet les secteurs d’exportation suisses.

Stefan Kooths, chef prévisionniste au sein du Institut für Weltwirtschaft, en Allemagne, a mis à l’index la politique monétaire «ultra-expansionniste» de la Banque centrale européenne (BCE). Les instruments mis en place par la BCE font courir un risque à l’économie allemande et, par ricochet, à son partenaire helvétique.

L’argent bon marché a conduit à une «zombification» de certaines entreprises insolvables, qui peuvent continuer à emprunter alors que leur situation financière devrait les conduire à la faillite. De précieuses ressources sont ainsi épuisées par ces sociétés, ce qui nuirait à l’économie dans son ensemble, affirme le spécialiste.

A lire aussi...