G20: le commerce international de marchandises recule

Communiqué, OCDE

1 minutes de lecture

Les importations ont diminué dans la plupart des économies du G20, principalement en Turquie (moins 9,4%) et au Brésil (moins 6,5%).

Le commerce international de marchandises des économies du G20, corrigé des variations saisonnières et exprimé en dollars courants des États-Unis, s'est contracté au deuxième trimestre de 2018, après huit trimestres consécutifs de croissance. Les exportations des économies du G20 ont diminué de 0,6% et les importations de 0,9%.

Au deuxième trimestre de 2018, les exportations ont augmenté en Arabie saoudite (9,7%), en Inde (5,7%), aux États Unis (4,4%), au Canada (4,4%), en Russie (1,2%) et en Australie (1,2%), mais étaient en forte baisse en Argentine (moins 19,9%), au Brésil (moins 9,0%) et au Royaume-Uni (moins 6,9%), avec des baisses également enregistrées en Chine (moins 2,8%) et dans l'Union européenne (moins 1,9%).

Les importations ont diminué dans la plupart des économies du G20, principalement en Turquie (moins 9,4%) et au Brésil (moins 6,5%). Les importations ont augmenté seulement en Inde (2,9%), au Canada (1,4%), au Mexique (1,4%), au Japon (1,2%) et en Indonésie (1,2%).

La contraction généralisée du commerce international de marchandises s'explique en partie par la forte dépréciation d'un certain nombre de devises par rapport au dollar des États-Unis au deuxième trimestre de 2018, notamment le peso argentin (en baisse de 18%), la livre turque (en baisse de 15%), et le real brésilien (en baisse de 11%). Ces effets ont été partiellement compensés par la hausse des prix du pétrole: le prix de référence du Dubai Crude est passé de 64,0 à 71,6 dollars des États-Unis par baril au deuxième trimestre, par rapport au précédent.

G20 Commerce de marchandises  

Données corrigées des variations saisonnières en prix courants et en milliards des dollars des E-U

En valeur

Variations en pourcentage

A lire aussi...