BAK Economics relève ses prévisions de croissance pour la Suisse

AWP

1 minutes de lecture

La croissance de l’économie suisse au troisième trimestre apporte une lueur d’espoir à l’horizon économique, selon l’institut bâlois.

A la lumière de la croissance affichée par l’économie helvétique au troisième trimestre, BAK Economics relève ses anticipations en la matière pour l’année en cours et la suivante. Les prévisionnistes rhénans tablent désormais sur une hausse du PIB de 0,8% en 2019, contre 0,7% jusqu’alors.

Plus forte qu’attendue, la croissance de l’économie suisse au troisième trimestre apporte une lueur d’espoir à l’horizon économique, écrit jeudi l’institut bâlois. Si de réels progrès se font encore attendre dans le dossier du conflit commercial sino-américain, ceux-ci étant anticipés pour l’an prochain, les risques d’une nouvelle escalade ont récemment faibli. Rejoignant d’autres économistes, ceux de BAK Economics estiment que la probabilité d’une récession s’est encore éloignée.

Au-delà des effets particuliers liés aux exportations de produits chimiques et pharmaceutiques ainsi que de l’électricité, l’économie suisse a pu bénéficier entre juillet et fin septembre d’une consommation et d’investissements en biens d’équipements solides. Signes qui démontrent que l’économie suisse reste sur la voie de la croissance, malgré une conjoncture internationale marquée du sceau des conflits commerciaux et du Brexit.

Reste que ces facteurs d’incertitude continueront de peser encore un certain temps sur l’économie suisse et en particulier sur le branches sensibles aux variations cycliques, comme l’industrie des machines, nuance BAK Economics. La vigueur du franc constitue toujours un gros défi à relever.

Pour l’an prochain, BAK Economics anticipe une progression du PIB de 1,5%, contre 1,3% jusqu’alors. La dynamique restera légèrement inférieure à la croissance potentielle de la Suisse, qui est estimée à 1,6%.

A lire aussi...