BAK Economics révise à la hausse ses estimations de PIB pour 2021

AWP

1 minutes de lecture

Les experts de l’institut bâlois tablent sur un rebond de la croissance suisse de 3,9%, contre 3,4% auparavant. La prévision pour 2022 est en revanche revue en légère baisse.

L’institut de prévisions conjoncturelles BAK Economics a révisé à la hausse ses prévisions de produit intérieur brut (PIB) pour la Suisse cette année, à savoir 3,9%, contre 3,4% auparavant. En revanche, les experts de l’institut bâlois se veulent plus pessimistes pour 2022, prévoyant 3,2% après 3,7% précédemment.

Corrigé des événements sportifs, BAK Economics calcule un PIB réel de 3,7% pour 2021 et 3,0% pour l’année suivante. «Une reprise en V largement soutenue se profile à l’horizon pour le deuxième et troisième trimestre. Avec l’ouverture progressive, la locomotive de la croissance seront les secteurs des services. Dans le même temps, le secteur industriel continue à se développer de manière dynamique», expliquent les économistes bâlois dans un communiqué paru vendredi.

Ils soulignent une demande supérieure à la moyenne au niveau des exportations helvétiques mais insistent aussi sur le fait que cette reprise très soutenue de l’économie suscite des craintes inflationnistes croissantes. Bon nombre des facteurs de prix actuels sont cependant temporaires, comme la normalisation du niveau des prix du pétrole ou la demande excédentaire due à la reprise de la production.

L’économie mondiale est encore loin de fonctionner normalement, marquée par la poursuite d’une concurrence mondiale intense, avertissent Alexis Bill-Körber et Martin Eichler, les deux experts de BAK Economics. Ils estiment qu’en Suisse la probabilité est minime que les anticipations inflationnistes prennent l’ascenseur et que le pays bascule ainsi «dans une spirale salaires-prix».

Par ailleurs, BAK Economics anticipe un taux de chômage de 3,1% en 2021 et de 2,7% en 2022, pour une inflation de 0,5% et 0,6% respectivement.

A lire aussi...