Tokyo repart à la hausse grâce au yen et à des spéculateurs

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei clôture en progression de 1,24% et remonte à plus de 22'500 points.

L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini la séance de mercredi sur un rebond de 1,24% après la chute de 1,8% encaissée mardi, grâce à un léger affaiblissement du yen et à l’intervention de fonds spéculatifs étrangers, selon des courtiers.

Le regain apparu en cours de journée sur les autres places asiatiques a vraisemblablement aussi joué.

A l’issue des échanges, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a repris 276,95 points à 22’555,43 points, et l’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau s’est redressé de 0,51% (+8,83 points) à 1’752,75 points.

Sur le volet des changes, le dollar valait au même moment 110,17 yens, contre 109,60 yens mardi à la clôture de la Bourse, et l’euro remontait légèrement à 127,59 yens contre 127,31 yens, des orientations qui incitent à l’achat de certains titres exportateurs japonais.

Les donneurs d’ordres ont réagi positivement à la relative bonne tenue des places chinoises qui avaient dévissé la veille après que le président américain Donald Trump a manifesté l’intention de taxer à hauteur de 10% quelque 200 milliards de dollars d’importations supplémentaires venant de Chine.

Sur les 225 valeurs du Nikkei, les deux tiers environ ont augmenté, avec de solides progressions pour quelques poids lourds de la cote, dont Fast Retailing, maison mère de la marque de vêtements Uniqlo, qui a gagné 3,48% à 51.790 yens.

Les brasseurs ont aussi été très appréciés: +3,25% à 3.049 yens pour Kirin Holdings et +2,76% à 5.728 yens pour Asahi Group Holdings.

Après une entrée fracassante mardi à la Bourse de Tokyo, la plateforme de vente en ligne de particulier à particulier Mercari (qui ne fait pas partie du Nikkei 225) a rétrocédé mercredi 7,35% à 4.910 yens, restant néanmoins très au-delà de son cours d’introduction qui était fixé à 3.000 yens.

L’action du géant SoftBank Group a de son côté pris 2,34% à 8.259 yens, les acheteurs ayant apparemment apprécié le discours du patron, Masayoshi Son, lors de l’assemblée générale des actionnaires ce mercredi matin. Il a notamment confirmé une réorientation du coeur d’activité du groupe des télécoms vers l’investissement dans de multiples sociétés de l’économie partagée, des technologies, des contenus en ligne, entre autres secteurs, à travers le monde.

Malgré l’affaiblissement du yen, qui profite généralement aux exportateurs, les actions des groupes d’automobiles ont continué de baisser, les craintes qu’elles ne soient elles aussi un jour victimes de la politique protectionniste de Trump restant vives. Toyota a cédé 0,29% à 7.448 yens, Honda 0,34% à 3.421 yens. Nissan a en revanche grignoté 0,46% à 1.081 yens.

A noter aussi les bonnes performances des laboratoires pharmaceutiques: Daiichi Sankyo s’est offert la plus belle hausse du jour, +5,15% à 4.230 yens, Takeda, le plus important groupe du secteur, a pris 2,35% à 4.302 yens et Eisai 2,30% à 8.169 yens.

A lire aussi...