Pétrole: les stocks US grimpent encore mais moins que prévu

AWP

1 minutes de lecture

Les réserves de brut ont progressé de 2,4 millions de barils au 12 mars alors que les analystes avaient anticipé une hausse de 2,7 millions.

Les réserves commerciales de pétrole brut ont augmenté pour la quatrième semaine d’affilée aux Etats-Unis, mais leur rythme de progression s’est tari avec l’accélération de l’activité de raffinage dans le pays.

Selon un rapport hebdomadaire publié mercredi par l’Agence américaine d’Information sur l’Energie (EIA), les stocks de brut ont progressé de 2,4 millions de barils (MB) au 12 mars pour s’établir à 500,8 MB.

Les analystes interrogés par Bloomberg avaient anticipé une hausse de 2,7 MB.

Il s’agit du plus haut niveau des stocks américains de brut depuis décembre dernier.

«Alors que l’activité des raffineries dans la région du Golfe du Mexique - le centre névralgique du raffinage américain - continue de rebondir après la tempête de neige du mois dernier au Texas, les Etats-Unis se rapprochent de l’équilibre avec une augmentation modeste des réserves de brut la semaine dernière», note Matt Smith, de ClipperData.

L’augmentation des stocks de brut dévoilée mercredi est en effet de faible ampleur en comparaison avec la hausse spectaculaire des deux semaines précédentes (+21,6 MB et +13,8 MB).

Les raffineries américaines ont fonctionné à 76,1% de leur capacité et traité en moyenne 13,4 millions de barils par jour (mbj), soit 7,1% de plus que la semaine précédente.

«Une nouvelle hausse de l’activité de raffinage dans le prochain rapport devrait nous conduire à une baisse des réserves», prédit M. Smith.

Du côté des produits pétroliers, les stocks d’essence ont augmenté de 500’000 barils et ceux de produits distillés (fioul et gaz de chauffage) ont progressé de 300’000 barils.

Ces hausses correspondent à un recul de la demande implicite: 18,8 mbj ont été fournis aux Américains la semaine dernière, un chiffre inférieur à celui de la semaine précédente et en baisse de 11,1% par rapport au niveau observé l’an dernier à la même période.

La production s’est, elle, stabilisée à 10,9 mbj.

Les importations de brut ont reculé de 332’000 barils par jour et les exportations ont augmenté de 113’000 barils par jour.

Le cours du baril new-yorkais de WTI pour livraison en avril baissait (-1,30%), à 63,96 dollars mercredi vers 15H00 GMT.

A lire aussi...