Les marchés européens en ordre dispersé face aux incertitudes

AWP

1 minutes de lecture

Les Bourses de Francfort (-0,92%) et Paris (-0,27%) ont fini en territoire négatif tandis que Londres a terminé proche de l’équilibre (+0,08%).

Les marchés européens ont fini en ordre dispersé mardi, restant à la fois suspendus au vote ou non d’un plan de relance budgétaire aux États-Unis dans les prochaines heures et confrontés aux incertitudes de l’après-Brexit.

«Les principaux marchés d’Europe continentale sont mitigés. Globalement, il n’y a pas eu beaucoup d’animation aujourd’hui», résume David Madden, analyste chez CMC Markets.

Les Bourses de Francfort (-0,92%) et Paris (-0,27%) ont fini en territoire négatif tandis que Londres a terminé proche de l’équilibre (+0,08%).

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait dans le vert.

«Faute d’autres catalyseurs, le plan de relance américain, grande affaire de ces derniers jours, focalise l’attention des investisseurs internationaux», indique de son côté Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance.

L’espoir d’obtenir un accord avant l’élection présidentielle américaine «s’amenuise à mesure que le temps passe» car «cela devient extrêmement compliqué de faire passer un plan si ce n’est pas dans les toutes prochaines heures», note l’expert.

La responsable des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, a estimé que mardi soir était la date limite pour parvenir à un consensus sur un texte pouvant être entériné avant le 3 novembre. Si les Démocrates et les Républicains parvenaient à un compromis, ce texte devra toutefois être aussi validé par le Sénat.

«Il n’y a pas eu non plus de progrès majeur» dans les négociations post-Brexit entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni, souligne David Madden, de CMC Markets.

Londres et Bruxelles ont campé sur leurs positions mardi tout en s’appelant mutuellement à faire un pas l’un vers l’autre pour débloquer les négociations commerciales, plus enlisées que jamais.

En outre, «les restrictions liées à la crise sanitaire sont plus fortes dans certains pays et au rythme où vont les choses du côté du nombre de nouveaux cas de coronavirus, les investisseurs craignent de nouvelles mesures de protection à l’horizon», ajoute M. Madden.

LES VALEURS TECHNOLOGIQUES RECULENT

L’indice Stoxx Europe 50 du secteur a reculé de 0,63%. Dassault Systemes a perdu 1,66% à 157,40 euros, Capgemini 2,09% à 108 euros et Wordline 0,50% à 71,26 euros.

LES VALEURS BANCAIRES PROGRESSENT

Les banques, considérées comme les plus cycliques des valeurs, ont poursuivi leur remontée, profitant d’une petite hausse des taux longs et des espoirs de plans de relance à venir. Société Générale a gagné 2,54% à 12,61 euros, BNP Paribas 1,72% à 33,12 euros et Crédit Agricole 0,68% à 7,44 euros. Deutsche Bank a pris 1,88% à 8,15 euros. Barclays, qui doit dévoiler ses comptes vendredi, a gagné 0,93% à 104,32 pence.

LE CIEL SE GATE POUR LUFTHANSA

Le premier groupe aérien européen (+2,88% à 8,22 euros sur le MDax) a de nouveau fait état mardi d’une lourde perte opérationnelle, de 1,26 milliard d’euros au troisième trimestre, en raison la pandémie de Covid-19 qui continue de plomber le trafic mondial.

Les indices en bref

Paris - CAC 40: -0,27% à 4.929,28 points

Londres - FTSE 100: +0,08% à 5.889,22 points

Francfort - Dax: -0,92% à 12.736,95 points

Madrid - IBEX 35: +0,98% à 6.927,30 points

Milan - FTSE MIB: +0,56% à 19.482,13 points

Zurich - SMI: -0,37% à 10.146,23 points

Amsterdam - AEX: -0,62% à 564 points

Bruxelles - Bel 20: -0,07% à 3.260,09 points

Lisbonne - PSI 20: -1,12% à 4.171,15 points

A lire aussi...