Wirecard: enquête contre le directoire pour manipulation de cours

AWP

1 minutes de lecture

Les autorités allemandes ont perquisitionné le siège de la fintech.

La justice allemande a engagé des poursuites contre l’ensemble du directoire de la fintech allemande Wirecard pour manipulation de cours, procédant vendredi à une perquisition au siège de l’entreprise, a appris l’AFP.

Cette enquête pénale, ouverte par le parquet de Munich, «fait suite à une plainte déposée quelques jours plus tôt par le superviseur financier Bafin», a indiqué cette autorité dans un communiqué transmis à l’AFP.

Le gendarme allemand des marchés soupçonne la firme d’Ascheim d’avoir donné des signaux trompeurs pour le cours de Bourse par le biais de deux communiqués ad hoc destinés aux investisseurs.

Wirecard a publié deux communiqués, le 12 mars et le 22 avril, où la firme assurait qu’un prochain rapport en voie d’être bouclé par le cabinet d’audit KPMG allait réfuter l’ensemble des allégations de fraude pesant sur la société et révélées par vagues pendant l’année 2019 par le quotidien Financial Times.

Mais dans le rapport finalement publié fin avril et qui s’est penché sur les exercices 2016 à 2018, KPMG a signalé que des documents essentiels lui ont manqué, en se rapportant à des activités de paiement réalisées par des sociétés tierces au nom de Wirecard.

KPMG a également déclaré ne pas avoir pu déterminer si des transactions comptabilisées correspondaient à des ventes réelles, évoquant à cet égard «un obstacle à l’enquête».

Il s’agit en l’occurrence de paiements transitant sur les comptes de séquestre pour un milliard d’euros, sans qu’il soit établi qu’ils proviennent bien d’entreprises clientes de Wirecard.

Wirecard a semé le trouble chez les investisseurs en devant plusieurs fois retarder la publication de son rapport annuel 2019, désormais prévue le 18 juin.

«Les investigations ne sont pas dirigées contre la société mais contre les membres de son directoire», a commenté Wirecard dans un communiqué vendredi, assurant «coopérer pleinement à l’enquête».

Le cours de Wirecard a joué au yoyo depuis 12 mois, passant d’un plus haut à 158 euros à un plus bas à 77 euros, pour se reprendre un peu, cotant 95,9 euros vendredi.

Dans les échanges après Bourse, le titre a cependant chuté de 9,42% à 86,01 euros sur la plateforme tradegate.

Le PDG et fondateur de l’entreprise, Markus Braun, a vu sa tête demandée par des fonds actionnaires, mais sans succès. Ses prérogatives ont néanmoins été fortement limitées dans une récente réorganisation décidée par le conseil de surveillance, censée ramener le calme.

A lire aussi...