Unicredit: bénéfice net divisé par quatre au deuxième trimestre

AWP

1 minutes de lecture

Sur le semestre, la banque accuse une perte de 2,28 milliards d’euros, du fait d’un difficile premier trimestre.

La banque italienne Unicredit a annoncé jeudi avoir vu son bénéfice net diminuer de 77,4% au deuxième trimestre à 420 millions d’euros, dans un contexte chahuté par l’épidémie de Covid-19, un résultat néanmoins meilleur qu’attendu.

Les observateurs s’attendaient à un bénéfice de 347 millions d’euros, selon le consensus de 19 analystes fourni par la banque.

Sur le semestre, la banque accuse une perte de 2,28 milliards d’euros, du fait d’un difficile premier trimestre.

Quant au chiffre d’affaires, il a baissé de 7,7% au deuxième trimestre, à 4,17 milliards d’euros, un peu meilleur qu’attendu (4,09 milliards) et de 7,9% sur le semestre.

Son ratio de fonds propres durs CET1, indice très suivi par les analystes car il mesure la capacité à surmonter des crises, a progressé à 13,85% fin juin, un chiffre là aussi supérieur aux attentes (13,5%). Il s’élevait à 13,44% fin mars et 13,09% fin décembre, un niveau déjà très élevé.

La banque a choisi de ne plus donner de prévisions pour cette année, étant donné l’incertitude du contexte économique. En décembre, elle avait indiqué viser un chiffre d’affaires de 18,2 milliards d’euros et un bénéfice net ajusté de 4,3 milliards.

«Grâce aux mesures incisives prises pour assurer la continuité des activités, l’accélération de la numérisation et une discipline rigoureuse en matière de gestion des coûts, le groupe a réussi à faire face à la pandémie actuelle», s’est félicitée Unicredit dans son communiqué.

«Les performances commerciales du groupe se sont améliorées dans la dernière partie de la période, la plupart de ses principaux marchés étant sortis de l’isolement. Les revenus sont toutefois inférieurs à ceux du premier trimestre 2020 et du deuxième trimestre 2019, car la majeure partie de la période était soumise à des restrictions liées au Covid-19», a-t-elle noté.

«Cette baisse a été partiellement compensée par la diminution des coûts», a-t-elle souligné, en précisant qu’Unicredit maintiendrait «son approche de gestion prudente, en prenant des mesures fortes pour soutenir la création de valeur et en combinant des objectifs à long terme avec des prêts disciplinés».

A lire aussi...